×

Message

Failed loading XML... xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1

Diffusé dès aujourd’hui sur internet, le clip vidéo «Ta vie est précieuse» lutte contre le suicide des jeunes. Crue et bouleversante, cette fiction de quelques minutes donne la parole à une jeune femme qui a mis fin à ses jours.

Par Laurence Villoz

Une famille réunie dans une chapelle mortuaire, rose à la main, visage défait. Le regard rivé sur un coffre de bois clos. Changement de plan et zoom sur la jeune femme qui est couchée dans le cercueil. «Si tu as cliqué sur cette vidéo, c’est que tu envisages peut-être de te retrouver dans ma situation. Reste cinq minutes avec moi, faut que je te dise ce que ça fait vraiment. Je sais que tu as mal», dit-elle face caméra. Le clip de prévention du suicide des jeunes «Ta vie est précieuse» prend aux tripes. Réalisée par Carolina et Victor Costa de l’association artistique Atalahalta, la vidéo met en scène pendant 2 minutes 45, une jeune femme qui s’est donné la mort. Elle est diffusée sur internet depuis le 1er novembre.

Une boite à livresDéposer des livres dans d’anciennes cabines téléphoniques, transformées à cet effet, et en emporter. Le principe des boîtes à livres fleurit en Suisse depuis 2015. Parmi les romans et autres manuels en tout genre, des ouvrages religieux viennent se faire une place.

Par Laurence Villoz

«Cinquante nuances de Grey», «La fille du train», «Un goût de cannelle et d’espoir», mais aussi «Coeurs unis de Jésus et Marie», «Les Saintes Écritures, traduction du Nouveau Monde» ou encore «Jean-Paul II, entrez dans l’espérance», voici un petit aperçu de ce qui se trouve dans les boîtes à livres lausannoises. En 2015, la première cabine téléphonique de Suisse a été transformée en zone d’échanges de bouquins. Le principe est simple: chacun peut y déposer des ouvrages dont il n’a plus envie et prendre ceux qu’il souhaite. Si les romans garnissent majoritairement ces minis bibliothèques, Protestinfo a découvert en farfouillant dans nombre d’entre elles différentes sortes d’ouvrages religieux, tels que des témoignages de croyants, des fictions morales voire carrément des flyers publicitaires. Alors que la diffusion de la religion heurte certaines sensibilités, les boîtes à livres sont-elles prêtes à accueillir n’importe quel style d’écrits?

des mains en prières derrières une assiette végane CC0 via https://pixabay.com/fr/v%C3%A9g%C3%A9talien-alimentaire-veggie-3412880/Avec ses adeptes prosélytiques et convaincus de détenir la vérité, le véganisme est-il devenu une religion?

Par Joël Burri

«En 2016, la province d’Ontario au Canada a envisagé, un temps, de reconnaître le véganisme comme “une croyance non religieuse qui influence de manière substantielle l’identité, la vision du monde et le mode de vie d’un individu, (qui) peut être considérée à l’égal d’une religion”», annonce début août l’hebdomadaire français «La Vie». La publication rappelle, par ailleurs, que les véganes ont volontiers recours à un vocabulaire connoté religieusement, parlant de sanctuaires pour les animaux, de miraculés pour les bêtes ayant échappé à l’abattoir ou de nécessité de conversion et surtout que ces derniers pratiquent un prosélytisme actif.

courrier lecteur VQHUne interview de pasteurs libéraux dans la presse a provoqué une série de courriers de lecteurs se faisant un devoir de rétablir une certaine vision du christianisme. Normal, selon le théologien et ancien journaliste Jean-Christophe Émery qui constate que le rapport à la sexualité sert de marqueur identitaire pour certaines communautés religieuses.

Propos recueillis par Joël Burri

Des pasteurs accusés de changer «le sens profond» des textes bibliques, d’enseigner de fausses doctrines ou de ne pas savoir diriger leur propre maison: tout cela a pu être lu fin juillet dans le courrier des lecteurs du quotidien «24 heures» qui avait publié peu avant une interview de deux théologiens plaidant pour une théologie qui ne stigmatise ni la sexualité ni les différentes orientations sexuelles ou identités de genre. Qui sont ces croyants pour qui l’idée d’une Église inclusiviste est tellement fausse qu’une mise au point dans l’espace public semble nécessaire? Interview de Jean-Christophe Émery, directeur de Cèdres formation, l’offre de formation théologique de l’Église évangélique réformée du canton de Vaud.

Le Brocki'Truck de l'Armée du SalutPour la deuxième année consécutive, l’Armée du Salut tiendra un stand au Paléo Festival, à Nyon, du 17 au 22 juillet. Le seul magasin de deuxième main sur la plaine de l’Asse.

Photo: Le Brocki'Truck © Armée du Salut

Par Laurence Villoz

«L’objectif est d’être au plus près de nos clients», lâche Florence Regad responsable marketing à l’Armée du Salut. Le Brocki’Truck ou bus des brocantes de l’institution s’arrêtera sur la plaine de l’Asse du 17 au 22 juillet à Nyon, le temps du Paléo. Il sera situé dans l’enceinte du festival dans la zone «Entre deux mondes» et proposera toutes sortes d’articles de seconde main à mini prix: des baskets, des bottes, des lunettes de soleil, des habits, mais aussi des petits meubles ou du matériel de camping. Bref, tout ce qui se trouve habituellement dans les brocantes de l’Armée du Salut.

Le Centre de SornetanUne cuisine entièrement remise à neuf et des sols bien plus lumineux. Le Centre de Sornetan a bénéficié de plusieurs rénovations ce printemps. Il est prêt pour accueillir les vacanciers.

Photo: Le Centre de Sornetan

Par Laurence Villoz

«De nombreuses rénovations ont été effectuées ces dix dernières années dans l’idée d’amener de la fraîcheur et d’être à la pointe au niveau technologique afin de répondre à la demande de la clientèle, mais aussi d’élargir notre palette d’offres», explique Daniel Krähenmann, directeur du Centre de Sornetan dans le Jura bernois. Ce printemps, après les différentes améliorations informatiques, ce sont les cuisines qui ont été complètement remises à neuf ainsi qu’une partie des sols. De grandes catelles claires ont remplacé le carrelage brun, apportant davantage de luminosité aux espaces communautaires. «Nous avons aussi développé un nouveau dynamisme culinaire avec le changement du chef cuisinier», sourit le directeur.

© 2018 Protestinfo