×

Message

Failed loading XML...

CAS Religion et Gouvernance ASchwab DJaillardComment faire face au terrorisme et aux conflits politico-religieux? Les historiens et anthropologues de l’Université de Genève répondent par une offre de formation continue.

Photo: Aurore Schwab et Dominique Jaillard, codirecteurs du CAS. 

Par Caroline Amberger

«Il fallait faire bouger les choses et offrir des approches alternatives», explique le professeur Dominique Jaillard, historien des religions et codirecteur du programme. «Nous devons donner des moyens et répondre à une inquiétude montante de professionnels en contact avec des acteurs religieux qui ne sont pas préparés à faire face à ces situations inédites». A l’initiative d’un réseau de chercheurs, une nouvelle formation émerge à l’Université de Genève. Son premier objectif? Répondre aux besoins du terrain en donnant des outils pragmatiques et conceptuels.

Divers livres en lien avec la théologie

Différentes offres de formations sont proposées par les Eglises. Profitez-en pour approfondir vos compétences bibliques ou théologiques.

Par Joël Burri

La rentrée scolaire vous a donné envie de reprendre place sur les bancs de l’école? Croyant ou non, pourquoi pas une formation théologique. Les Eglises réformées proposent différents parcours à choisir selon vos objectifs et l’engagement dont vous êtes prêts à faire preuve.

Ghislain Waterlot ©UNIGEProfesseur de philosophie et d’éthique, Ghislain Waterlot est, depuis le 15 juillet, le nouveau doyen de la Faculté autonome de théologie protestante de l’Université de Genève. Interview

Photo:  ©Université de Genève

Propos recueillis par Joël Burri

Etre doyen est une charge lourde, qu’est-ce qui vous a poussé à accepter cette fonction et quelle trace aimeriez-vous laisser?

Durant les quatre années du décanat de Jean-Daniel Macchi, la formation a été profondément rénovée. Le programme du bachelor a été mis à jour, le master à distance a été créé ainsi qu’un certificat de spécialisation. De mon côté, j’aimerais mettre un fort accent sur la recherche et le rayonnement international.

La palace de CauxPour son édition 2017, le Forum de Caux propose des formations sur la question des extrêmes dans le monde, du 29 juin au 14 août. Cette thématique sera abordée sous l’angle politique, économique, environnemental et social dans une perspective de gouvernance équitable.

Photo: Le Palace de Caux, au-dessus de Montreux

Par Laurence Villoz

«Si la pauvreté recule au niveau mondial et les soins s’améliorent, le fossé des inégalités est grandissant et les idéologies gagnent du terrain», lâche Barbara Hintermann, secrétaire générale de la Fondation Caux-Initiatives et Changement. Chaque été, cette ONG qui promeut la responsabilité individuelle dans les processus de paix et de réconciliation organise des cours publiques dans le Palace de Caux, au-dessus de Montreux. Pour l’édition 2017, les six principales formations aborderont la question des extrêmes dans le monde, du 29 juin au 4 août. 

Le bâtiment des Bastions abrite la Faculté de théologie CC(by-sa)'John Middleton' via https://flic.kr/p/edk2MpL’Université de Genève propose pour la rentrée de septembre une formation continue destinée aux imams. Ce projet répond à des préoccupations politiques et sociales autant qu’il innove en proposant une approche historico-critique de l’islam.

Photo: Le bâtiment des Bastions abrite la Faculté de théologie CC(by-sa)'John Middleton' 

Par Caroline Amberger

La communauté albanophone de Genève a sollicité la mise en place d’une formation continue des imams, ils sont désormais de nombreux musulmans à afficher un islam libéral et ne s’en cachent pas. «J’ai grandi en Suisse et ce n’est pas pour autant que je ne pratique pas ma religion, c’est la liberté de culte», explique Djelal Avdil membre de la communauté et résident genevois. «Moi je sais encore l’albanais, mais les plus jeunes ne le parle parfois plus. Nous sommes peut-être la dernière génération à avoir gardé certaines de nos traditions. Pour la religion, c’est à titre personnel que je la pratique. Je crois en quelque chose qui puisse nous rassurer dans la vie. J’ai grandi dans l’islam qui prône la tolérance et l’amour. Mais qui sont ces gens qui donnent une image si catastrophique de notre religion», s’interroge avec consternation ce jeune homme pour lequel il est évident que les imams doivent pouvoir se former et être compatibles avec les valeurs suisses auxquelles il tient beaucoup. «On doit donner le maximum de soi à ce pays qui nous a si bien accueillis», s’exclame-t-il.

Jean-Gabriel Cuénod, le diacre le plus célèbre de Suisse romande DR

L’Office protestant de formation organise une soirée de présentation du cursus menant au ministère diaconal. Actuellement, la plupart des diacres ont connu une première expérience professionnelle avant de se reconvertir dans ce métier.

Photo: Jean-Gabriel Cuénod, le diacre le plus célèbre de Suisse romande. DR

Par Joël Burri

«Jean-Gabriel est diacre, c’est une fonction qui existe aussi bien chez les catholiques que chez les protestants et personne ne sait exactement en quoi cela consiste», avait confié à Protestinfo l’acteur Didier Charlet qui incarne le personnage sulfureux de Jean-Gabriel Cuénod. Pour ceux qui veulent savoir ce qu’est vraiment ce métier, l’Office protestant de la formation (OPF) organise lundi à Yverdon une soirée de présentation du cursus permettant d’accéder à cette fonction.

© 2017 Protestinfo