×

Message

Failed loading XML...
Eglises / 17 janvier 2018 - 08:00

Brèves

«FUIR»: l’histoire des migrants
Carouge, première «Fair trade town» romande
Pasteur condamné pour pédopornographie

Une prière avec imposition des mains a été dite pour les nouveaux consacrés. ©EREN/Rouge de Mars/Francois NogueraDeux pasteures et deux diacres ont rejoint le corps ministériel de l’Église réformée évangélique de Neuchâtel. Ils ont été accueillis dimanche en fin d’après-midi à Saint-Aubin.

Photo: Une prière avec imposition des mains a été dite pour les nouveaux consacrés. ©EREN/Rouge de Mars/Francois Noguera

Par Joël Burri

L’Église réformée évangélique neuchâteloise (EREN) accueille quatre nouveaux ministres. Dans un temple de Saint-Aubin bondé, deux diacres et une pasteure ont été consacrés, dimanche 14 janvier en fin d’après-midi. Par ailleurs une pasteure déjà consacrée au sein d’une Église sœur a été accueillie au sein du corps ministériel de l’EREN. Ces trois consécrations et cette agrégation permettront de compenser des départs à la retraite. Le nombre de ministres actifs reste donc stable.

vitrail et godly playJPGLe Conseil synodal des réformés vaudois constate que sa «surface de contact avec la société» diminue. A l’occasion d’un exercice de réduction des postes, il propose donc tout une réflexion visant à encourager les nouvelles façon d’être Eglise.

Par Joël Burri

Photo: La chapelle des enfants à Servion. Le genre d’initiative que l’exécutif de l’Eglise souhaite encourager en créant deux postes visant à «renforcer la dynamique de changement».  

L’Église évangélique réformée du canton de Vaud (EERV) doit revoir ses effectifs à la baisse, en raison de l’accord de rééquilibrage avec l’Église catholique romaine dans le canton de Vaud. D’ici 2025, elle doit passer de 220 à 204 équivalents plein-temps. Profitant de départs à la retraite, elle compte y parvenir d’ici 2020, et surtout, au lieu d’en faire un simple exercice de coupes, le Conseil synodal, l’exécutif de l’Église propose d’en profiter pour mettre en place des outils pour redynamiser l’Église.

Eglises / 10 janvier 2018 - 08:00

Brèves

Culte de consécration de l’EREN
Ecrivez comme Luther
Protestinter en libre accès

Une croix https://flic.kr/p/6G4WMGUne récente enquête montre que les jeunes ont une vision factuelle des religions. Les préjugés arrivent plus tard.

Photo: CC (by-nc-nd) Steluma

Par Laure Salamon, Réforme

La nouvelle est plutôt bonne! Les jeunes interrogés par Coexister, mouvement interconvictionnel des jeunes, ont peu de préjugés sur les religions. Pour arriver à cette conclusion, l'association a exploité ses fiches sur le rapport entre les jeunes et les religions. Les formateurs les font remplir aux élèves lors des ateliers de sensibilisation menés depuis deux ans, dans les collèges et lycées. Les élèves doivent choisir parmi quatre colonnes qui représentent une religion ou conviction. Ils entourent le symbole dont ils se sentent le plus proches (une croix, un croissant, une étoile de David ou AT pour athéisme). Puis, en quelques minutes, ils écrivent jusqu’à trois mots pour la conviction entourée et pour les autres.

Des jeunes à la rencontre de Taizé à BâleDu 28 décembre 2017 au 1er janvier 2018, la Rencontre européenne de Taizé a eu lieu à Bâle. Près de 20’000 jeunes ont afflué de toute l’Europe. Un 40e rendez-vous placé sous le signe de la joie de croire.

Photo: © Taizé

Par Bernard Litzler, cath.ch

«C’est un miracle»: Lukas Kundert, le président du Conseil synodal (exécutif) de l’Eglise réformée bâloise n’en revient pas. «Bâle est un canton très laïc… Nous ne savions pas quel serait l’accueil des autorités à l’idée de recevoir la Rencontre européenne de Taizé». Et le miracle a eu lieu. Les autorités ont accueilli favorablement la demande de la communauté œcuménique de Taizé. Et l’organisation de la 40e Rencontre européenne a pu se mettre en place.

© 2018 Protestinfo