×

Message

Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag link line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1
Culture / 08 mars 2017 - 08:00

Brèves

De la danse à la Fusterie
Comment rétablir la paix en Syrie?

Les livres des ThéopopettesPour sa troisième édition, le festival du livre de Crêt-Bérard a choisi de développer les activités pour les enfants, samedi 4 mars. L’occasion pour les Théopopettes, ces célèbres marionnettes, de se décliner pour la première fois sous forme de livre.

Par Laurence Villoz

«Un livre reste dans un foyer et permet de créer une complicité et des discussions entre parents et enfants», explique Florence Auvergne-Abric la créatrice des Théopopettes, ces marionnettes devenues de véritables stars. Alors que les «parlottes» - des spectacles qui encouragent le dialogue philosophique et spirituel chez les enfants - ont lieu tous les mercredis après-midi à la Fusterie à Genève depuis 2010, elles se déclinent pour la première fois sous forme de livres qui seront disponibles dès le 4 mars au Festival «Livre à Vivre», au centre Crêt-Bérard, à Puidoux.

centenier photo, DRFaire revivre les événements marquants de la vie de Jésus-Christ dans votre salon, c’est possible! Le pasteur retraité Charles-André Geiser propose de jouer le centenier Cornélius chez vous.

Par Myriam Bettens 

Charles-André Geiser, pasteur à la retraite, nous raconte la vie du Christ du point de vue d’un hypocrite. Hypocrite? Dans son sens originel, le vocable tiré du grec signifie «comédien» ou «acteur». Le pasteur interprète un rôle, celui du centurion Cornélius. Or, l’acteur ne se produit pas sur les scènes romandes, mais dans votre salon!

museeethnoLa Plateforme interreligieuse de Genève et les éditions Agora ont mis sur pied un parcours dans l’exposition permanente du Musée d’ethnographie. A l’aide d’une application web, il permettra aux visiteurs de découvrir les objets du sacré du monde entier. Des variantes ont été élaborées spécialement pour les classes du primaire et du secondaire.

Par Noriane Rapin

«Là c’est Jésus, Marie et Joseph, non? Attends, ça s’écrit comment “Joseph”?» Le spectacle était pour le moins singulier, jeudi 12 janvier au Musée d’ethnographie de Genève (MEG). Une classe du collège de Budé inaugurait en effet le parcours «Objets du sacré», préparé par la Plateforme interreligieuse de Genève et les éditions Agora. A cette occasion, les élèves étaient conviés à une chasse au trésor dans la collection de référence du MEG, smartphone à la main.

Série «L’imprimerie et la Réforme»

L'Encyclopédie d'YverdonA la fin de XVIIIe siècle, Fortunato Bartolomeo De Felice publie l’Encyclopédie d’Yverdon opérant la synthèse du progrès scientifique et du protestantisme. Tirés à 3000 exemplaires, les 58 volumes réalisés essentiellement par des pasteurs naturalistes et progressistes illustrent l’expression des Lumières suisses.

Photo: L'Encyclopédie d'Yverdon (LDD)

Par Laurence Villoz

«En dix ans, Barthélemy De Felice va sortir les 58 volumes de l’Encyclopédie d’Yverdon, un véritable tour de force, car il faut reprendre et composer 75'000 articles en un temps record», explique Guillaume Poisson, collaborateur scientifique à l’Institut Benjamin Constant de l’Université de Lausanne. Fuyant l’Italie pour des raisons politiques et personnelles, dans les années 1750, le moine Fortunato Bartolomeo De Felice s’est réfugié à Berne. «A cette époque, le milieu patricien bernois est très éclairé et accueille volontiers des intellectuels, c’est une république extrêmement florissante au niveau des arts, des lettres et des sciences. De Felice se convertit au protestantisme par conviction et se fait rapidement remarquer par l’élite qui va le charger de créer une société typographique», explique l’historien.

Série «L’imprimerie et la Réforme»

La censure https://flic.kr/p/62x5UcAlors que la censure s’intensifie avec le développement de l’imprimerie, différentes méthodes permettent de tricher, de dissimuler et de contourner l’interdit pour continuer de transmettre divers courants de pensée.

Photo: CC (by-sa) Jean-François Gornet

Par Laurence Villoz

«La censure est inhérente à la naissance de l’imprimerie. Même si elle s’appliquait déjà aux écrits manuscrits, elle touche essentiellement les imprimés et les images», explique Guillaume Poisson, collaborateur scientifique à l’Institut Benjamin Constant de l’Université de Lausanne. «Au début, l’imprimerie a suivi deux branches: théologique et politique. La censure devient tout de suite liée à ces deux thématiques. A la fois, les gouvernants laïcs et ecclésiastiques veulent contrôler les imprimés pour ne pas attaquer leur propre régime et l’Eglise du lieu est là pour évaluer les bonnes mœurs et la bonne doctrine des publications», ajoute l’historien.

© 2019 Protestinfo