×

Message

Failed loading XML...

Piano à St-Ursanne DRLe festival Piano à Saint-Ursanne (JU) constitue l’un des rendez-vous fort alléchants de l’été musical helvétique. Du 2 au 12 août, sur les rives du Doubs, le cloître de la Collégiale accueillera à nouveau interprètes au zénith de leur art et talents en devenir.

Par Nicolas Bringolf

Pour ce quatorzième opus, Piano à Saint-Ursanne a programmé douze concerts.  Les mélomanes pourront y déguster le piano décliné sous toutes ses facettes: piano solo, piano à quatre mains, piano et musique de chambre, piano et voix, piano et orchestre. Le fil rouge de cette édition s’articulera autour du thème «Souvenirs d’enfance», offrant ainsi un éventail d’œuvres d’époques et d’esthétiques différentes.

9.5 sur l'echelle de luther capture d'écran de la vidéo de Sonia Zanou L’église Saint-François à Lausanne accueille une installation de l’artiste Sandrine Pelletier. Nonante-cinq échelles calcinées et deux vitraux incandescents évoquent la naissance du protestantisme, en écho à notre société actuelle.

Par Marie Destraz «Réformés»

Tels les vestiges d’un événement passé encore fumant et odorant, nonante-cinq échelles calcinées habillent l’église Saint-François, au cœur de Lausanne. Les bancs de bois ont été extraits de l’édifice de pierre pour laisser s’exprimer l’art. A l’occasion du jubilé de la Réforme et à l’invitation de l’Association hospitalité artistique à Saint-François, l’installation avant-gardiste 9.5 sur l’échelle de Luther, de l’artiste Sandrine Pelletier, fait écho aux prémices de ce mouvement, tout en étant cruellement actuelle.

Le dessinateur Tony ©Jeremy JaquetL’humour prend momentanément ses quartiers au centre de Sornetan, dans le Jura bernois. A l’enseigne d’«Enfer et paradis… Et Dieu créa la Terre…», le dessinateur Tony expose ses caricatures de presse jusqu’au 25 juin. Des dessins qui, derrière une apparente légèreté, traduisent des observations essentielles et incitent à la réflexion.

Photo: Le dessinateur Tony ©Jeremy Jaquet

Par Nicolas Bringolf

En invitant Tony — Tony Marchand à la ville —, le centre de Sornetan joue, l’espace d’un mois, la carte de l’humour et de la dérision. Transformés en cimaises pour l’occasion, les murs de l’institution offrent au regard des visiteurs une soixantaine de dessins de presse publiés notamment dans les mensuels «Réformés» et la défunte «Vie protestante Neuchâtel-Berne-Jura».

presse MIRUne réplique de la presse de Gutenberg est au cœur de la nouvelle exposition temporaire du Musée international de la Réforme. L’occasion de réfléchir au lien entre message et moyens de transmission.

Photo: Gabriel de Montmollin fait une démonstration du fonctionnement de la presse.

Par Joël Burri

La machine pèse 400kg. 3m de haut, 1m50 de large et 4m de long. L’ébéniste d’Yverdon-les-Bains Pierre-Yves Schenker qui la construite s’est inspiré notamment de la description qui est faite de la presse de Gutenberg dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert. L’artisan a soigné l’esthétique; de fait, cette réplique est probablement beaucoup plus belle que la véritable presse de Gutenberg.

«Le Blues de la tortue», Compagnie ParadoxeL’ancien temple devenu théâtre a présenté sa nouvelle saison. Quinze spectacles de théâtre, musique et danse sont à l’affiche entre octobre 2017 et mai 2018. Parmi ceux-ci, on compte cinq créations.

Photo: «Le Blues de la tortue», Compagnie Paradoxe, à voir en février 2018. 

Par Joël Burri

L’Espace culturel des Terreaux a intitulé sa saison 2017-2018 «Un bateau pour le rêve», pourtant derrière ce titre onirique, c’est bien aux questions de société que le programme laisse une large place. Violence conjugale, le lobbying dans les institutions politiques, l’antisémitisme, la recherche de ses racines ou la peur de la mort sont autant de thèmes abordés dans l’un ou l’autre des 15 spectacles proposés dès la rentrée dans l’ancien temple de la rue des Terreaux, à Lausanne.

Un registre des Archives d'EtatGrâce à des sources historiques d’une qualité exceptionnelle, l’histoire de la Réforme à Genève est extrêmement bien documentée. Les Archives d’Etat proposent de s’immerger dans cette période à travers une exposition à l’Ancien Arsenal.

Photo: Un des registres exposés aux Archives d'Etat

Par Laurence Villoz

«Les sources historiques qui décrivent l’impact de la Réforme à Genève sont absolument extraordinaires, notamment car la ville n’a pas vécu de guerres ou des grands incendies. Sur le plan des registres du Consistoire par exemple, seul Nîmes possède un patrimoine équivalent en Europe», lâche Anouk Dunant Gonzenbach, archiviste aux archives d’Etat et commissaire de l’exposition «Coté chaire, côté rue. La Réforme à Genève, 1517-1617» présentée jusqu’au 15 décembre 2017, à l’Ancien Arsenal. Ce sont les archives du consistoire de l’Eglise protestante datant de 1542, celles de la Compagnie des pasteurs établies en 1546 et le registre du Conseil – équivalent du Conseil d’Etat – instauré en 1409 qui ont rendu cette exposition possible. Ces sources décrivent sans discontinuité, la politique, la religion et le quotidien des habitants de Genève.

© 2017 Protestinfo