×

Message

Failed loading XML...

Jacques Perrenoud et Pierre BoismorandVéritable fruit d’une collaboration entre le lithographe vaudois Jacques Perrenoud, décédé en 2013, et le pasteur Pierre Boismorand, l’ouvrage «Luminescences» présente 52 œuvres de l’artiste accompagnées par la prose poétique du ministre. Interview.

Photo: Pierre Boismorand et Jacques Perrenoud

Par Laurence Villoz

Qu’est-ce qui vous a donné envie de réaliser cet ouvrage?

Pierre Boismorand: Ma rencontre avec les œuvres de Jacques Perrenoud. A cette époque, j’ai été surpris qu’aucun ouvrage ne présente son travail. Alors je l’ai contacté et nous nous sommes rencontrés en 2009 à Baulmes (VD) où il habitait. Dans un premier temps, je souhaitais réaliser une monographie de cet artiste. J’ai donc commencé par faire un inventaire photographique de son œuvre qui compte plus de mille gravures et peintures. J’ai passé beaucoup de temps dans son atelier et j’ai développé une amitié avec Jacques Perrenoud et son épouse, Mona. Ses œuvres m’ont réellement inspiré et sont à la base de plusieurs de mes textes liturgiques et prédications.

Le Palais Fédéral transformé en orgues durant «Rendez vous Bundesplatzt» 2017Année de Jubilé oblige, l’édition 2017 de «Rendez-vous Bundeplatz» évoque la Réforme au travers de «Reset», un spectacle son et lumière qui présente le renouveau qui s’est opéré à la charnière entre le Moyen Age et les temps modernes.

Par Joël Burri

La nuit vient de tomber sur Berne. Tout à coup, l’éclairage public de la place fédérale s’éteint. De la musique retentit et un éclairage vient donner vie à la face du palais fédéral. Pendant 30 minutes, les tableaux se succèdent. L’imprimerie à caractère mobile, la traduction de la Bible, la peste, les pamphlets, les guerres de religion, l’iconoclasme, la restriction, le travail sont quelques-uns des thèmes abordés au travers de divers symboles qui jouent avec l’architecture du bâtiment. «Reset» est la septième édition de «Rendez-vous Bundesplatz» à voir du 13 octobre au 25 novembre. Pas de doute, le renouveau qui est évoqué est bien celui provoqué par la Réforme.

Affiche de l'exposition «Les fous de Dieu» au CDN. DRIntitulée «Les fous de Dieu», la nouvelle exposition du Centre Dürrenmatt Neuchâtel propose un éclairage sur le rapport que Friedrich Dürrenmatt, fils de pasteur, a entretenu avec la foi tout au long de sa vie. A découvrir jusqu’au 14 janvier prochain, cette exposition s’inscrit dans le cadre du Jubilé des 500 ans de la Réforme.

Image: affiche de l'exposition. 

Par Nicolas Bringolf

L’exposition «Les fous de Dieu» s’articule autour de la pièce de Dürrenmatt «Il est écrit» — «Es steht geschrieben». Elle met en lumière l’une des pages les plus marquantes du protestantisme: la révolte de Münster. Lié à un groupe d’anabaptistes extrémistes qui a cherché à établir le royaume de Dieu sur terre, cet épisode historique de l’Allemagne du XVIe siècle a inspiré Friedrich Dürrenmatt par son fort potentiel dramaturgique.

A l’entrée de l’exposition, Nora Vest joue avec la frontière entre terre et ciel. Ce visuel est installé au sol. Exemple réussi de reconversion d’un bâtiment religieux en un lieu culturel, la Nef, au Noirmont (JU), accueille dès dimanche «Zwischen-Grenzen/Entre-Frontières». Une exposition à la foi politique et spirituelle. 

Image: A l’entrée de l’exposition, Nora Vest joue avec la frontière entre terre et ciel. Ce visuel est installé au sol. 

Par Esther R. Suter

La petite église gothique du Noirmont (JU) sert depuis la construction d’une nouvelle église dans le village en 2008, de lieu de culture, d’art, de concerts. L’association LaNef, qui compte plus de 100 membres, gère le lieu et présente du 24 septembre au 15 novembre une nouvelle exposition intitulée «Zwischen-Grenzen/Entre-Frontières»

Caricature du protestant austèreLes réformés sont-ils vraiment austères, radins et intellos? L’exposition «Le selfie des protestants» propose de revisiter avec humour les clichés qui leur collent à la peau. A voir du 22 août au 2 septembre au Forum de l’hôtel de ville, à Lausanne.

Par Laurence Villoz

Sous forme de dessins humoristiques ainsi que d’entretiens audio et vidéo, l’exposition «Le selfie des protestants» présente de manière ludique et décalée les clichés associés aux protestants vaudois, mais aussi leurs positions sur l’actualité. Réalisé dans le cadre des 500 ans de la Réforme, ce projet porté par le pasteur Christian Vez sera visible du 22 août au 2 septembre au Forum de l’hôtel de ville, à Lausanne.

Série: «La transmission de la mémoire de la Shoah»

Les chaussures des juifs déportés https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Auschwitz-Shoes-new.JPGLa banalisation de la Shoah se retrouve dans les discours de certains politiciens et personnages publics. Entre la volonté de choquer l’opinion publique et celle de se déculpabiliser, quelles sont les conséquences de ce genre de propos sur la transmission de la mémoire de ce génocide?

Photo: Les chaussures des juifs déportés CC (by-sa) Bibi595

Par Laurence Villoz et Guillaume Henchoz

Lors de la journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste, le 27 janvier dernier, le président Donald Trump a rendu hommage aux victimes sans mentionner spécifiquement qu’elles étaient juives. Quelques mois plus tard, c’est la candidate du Front national aux élections présidentielles françaises Marine Le Pen qui déclare que la France n’est pas responsable de la rafle du Vél d’Hiv, la plus grande arrestation massive de Juifs en France qui a eu lieu au mois de juillet 1942. En 2015, un élu du Mouvement citoyen genevois compare une manifestation devant le centre culturel alternatif, l’Usine, à la Nuit de Cristal, ce pogrom contre les juifs où près de 200 synagogues ont été détruites, 7’500 commerces saccagés et 30'000 juifs déportés. Ce genre de dérapages apparaît régulièrement dans la bouche de certains politiciens, immédiatement relayés par les médias.

© 2018 Protestinfo