×

Message

Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag link line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1

La réforme fiscale fédérale péjorera d’environ 5% le budget des paroisses fribourgeoises. Des mesures d’économie vont être mises en place.

Par Laurence Villoz

La réforme fédérale de la fiscalité des entreprises qui vise à abolir les régimes fiscaux spéciaux va avoir un impact financier négatif sur les paroisses tant catholiques que réformées du canton de Fribourg. Dans ce canton, les personnes morales paient un impôt ecclésiastique qui a son pesant dans les finances des Églises. Or, dès la mise en pratique de cette réforme, en 2020, les Églises réformée et catholique fribourgeoises vont perdre 5 millions de francs par année. «Le canton a prévu 7,7 millions de compensations pour les Églises réparties sur sept ans. Pour atténuer le choc, 1,3 million sera versé aux Églises les trois premières années, puis 1 million les deux suivantes et finalement 900'000 francs les deux dernières», explique Anne-Élisabeth Nobs, conseillère synodale de l’Église évangélique réformée du canton de Fribourg (EERF) en charge des finances.

L’Aumônerie de rue de Neuchâtel, la Lanterne, célèbre ses 15 ans d’existence. Pour marquer le coup, elle invite le public à venir découvrir ses locaux, du 26 novembre au 3 décembre.

Par Laurence Villoz

«L’aumônerie de rue a réellement comblé un manque», affirme Jean-Claude Zumwald, président de l’association DORCAS – en référence à la figure féminine biblique aidant les pauvres – qui gère cette structure œcuménique au centre de Neuchâtel. Créée en 2003 sous l’impulsion de Josef Egli, dit Frère Léo, un aumônier catholique né dans le canton de Lucerne en 1931, la Lanterne fête ses quinze ans d’existence. Pour l’occasion, elle propose au public de venir découvrir les lieux du 26 novembre au 3 décembre autour de petits-déjeuners et autres collations durant la journée.

Clip vidéo et prises de position, les réformés appellent les citoyens suisses à la réflexion dimanche 25 novembre au moment de se prononcer sur l’initiative de l’UDC sur les juges étrangers. Ils dénoncent la mise en danger du respect des droits humains dans le cas d’un oui dans les urnes.

Par Marie Destraz

Assurer ses droits humains pour 999 fr. par mois, c’est ce que propose le courtier de l’assurance Justo aux passants de la ville de Zurich, dans une vidéo signée de l’Entraide protestante suisse (EPER), qui met en scène l’acteur alémanique Gilles Tschudi, dans le rôle de l’assureur. Le clip démontre par l’absurde que la protection de leurs libertés et droits fondamentaux pourrait coûter cher aux Suisses, dans le cas d’un oui à l’initiative sur les juges étrangers, dimanche dans les urnes. Selon les opposants, l’adoption du texte lancé par l’UDC entraînerait à terme la résiliation de la Convention des droits humains. Privés de recours devant la Cour européenne des droits de l’homme, à qui les Suisses pourraient-ils faire appel en cas de violation de leurs droits? Et à quel prix?

Le synode missionnaire des Églises romandes adopte un nouveau paradigme dans son mode de travail, mais la crainte de voir la facture s’alourdir pour les Églises a provoqué de vifs débats.

Par Joël Burri

Samedi 17 novembre à Épendes, les délégués au synode missionnaire ont débattu d’une nouvelle orientation stratégique pour DM-échange et mission (DM). Plutôt que de continuer sur un modèle où les Églises du Nord viennent en aide aux Églises du Sud, le Conseil de l’organisation proposait d’entrer dans une relation de réciprocité où par l’envoi de personnes les communautés du Nord comme du Sud se soutiennent mutuellement. (Notre article de vendredi.) Constatant que le «centre de gravité du christianisme s’est déplacé au Sud», selon la formule de pasteur Étienne Rochat président du Conseil de DM, les Eglise du Nord pourraient bénéficier de forces de témoignage renouvelées.

Davantage de réciprocité dans les relations Nord-Sud, c’est l’orientation que le Conseil de DM-échange et Mission soumet, ce samedi, au synode missionnaire. Les Églises suisses devront apprendre à exprimer leurs besoins.

Par Joël Burri

Ce samedi à Épendes, près d’Yverdon-les-Bains (VD) se joue l’avenir de DM-échange et mission, le département missionnaire des Églises réformées romandes (DM). Les délégués des différentes Églises cantonales réunis en synode sont en effet appelés à se prononcer sur les nouvelles orientations stratégiques de l’organisation. «Nous constatons que dans un monde globalisé, le centre de gravité du christianisme s’est déplacé au Sud, que partout la mission traditionnelle a porté des fruits et participé à la fondation d’Églises vivantes, alors que l’Europe doit maintenant se remettre à la tâche pour témoigner dans son propre contexte, avec l’aide des partenaires du Sud», expliquait, il y a une dizaine de jours, le pasteur Étienne Roulet, président du Conseil de DM devant l’assemblée des délégués de la Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS).

Comment accompagner les futurs parents dans la venue d’un enfant, avec ses joies et ses peines? Elise Cairus, docteure en théologie a creusé la piste de l’accompagnement spirituel de la naissance dans sa thèse, qu’elle veut comme une boîte à outils pour les professionnels. Les 15 et 16 novembre elle donne une conférence et une formation à Romainmôtier sur le sujet. Interview.

Par Marie Destraz

Qu’est-ce que l’accompagnement spirituel de la naissance?

On parle souvent d’accompagnement spirituel pour la maladie, la fin de vie, le deuil, mais jamais pour la naissance, comme s’il s’agissait toujours d’un événement joyeux, qui allait de soi. Mais ce n’est pas le cas. Les complications sont nombreuses: infertilité et PMA (procréation médicalement assistée), deuil périnatal, IVG et IMG (interruption volontaire ou médicale de grossesse), accueil d’un enfant malade ou en situation de handicap. C’est donc un moment où surgit la question du sens. L’accompagnement spirituel de la naissance vise principalement à réhabiliter le parent dans sa dignité d’être humain précieux aux yeux de Dieu, et qui lui permette de continuer un chemin de foi sereinement.

© 2019 Protestinfo