×

Message

Failed loading XML...
Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag rss line 1 Extra content at the end of the document

Une Bible https://flic.kr/p/8CLbwhRassemblant environ 4500 membres, la Fédération romande d’Eglises évangéliques (FREE) fête ses dix ans d’existence en 2017. Depuis plusieurs années, elle s’efforce de créer de nouvelles formes d’Eglises.

Photo: CC (by-ny) Greg Swan 

Par Laurence Villoz

Après 10 ans d’existence, la Fédération romande d’Eglises évangéliques (FREE) rassemble une cinquantaine d’Eglises et quelque 4500 membres. «L’annonce de l’Evangile localement et au-delà a toujours été au cœur de notre identité», rappelle Philippe Thueler, secrétaire de la FREE depuis 2013. Mais les défis ont évolué au fil du temps. Si l’intégration des jeunes de 20 à 35 ans est un enjeu perpétuel, la FREE s’efforce depuis plusieurs années de renforcer le leadership au sein des Eglises et met l’accent sur la création de nouvelles formes d’Eglises.

Robot https://flic.kr/p/2hUEi5Protestinfo propose régulièrement des éditos rédigés par des membres des rédactions de Médias-pro. Joël Burri, rédacteur responsable de protestinfo, s’interroge sur l’avenir du travail.

Photo: CC (by) Logan Ingalls 

En 2017, pour la première fois la facture sociale dépassera l’investissement que représente la formation dans le canton de Vaud, nous apprend «24 heures». On peut bien sûr pointer la générosité cantonale, mais le conseiller d’Etat Pierre-Yves Maillard, ministre de l’Action sociale, rétorque: «Plutôt que de s’en prendre à l’aide sociale en bout de chaîne, il faut admettre que l’économie est devenue plus compétitive, la place de travail est toujours moins assurée. Repensons avec les ORP et le Département de l’économie publique la réinsertion des chômeurs peu qualifiés et de longue durée.»

Eglises / 26 avril 2017 - 08:15

Brèves

Quel islam en Suisse?
Soirée œcuménique pour la fête du Travail
Dieu sans religion

affiche luther a tableLes propos de table de Luther inspirent un spectacle à voir en suisse romande dès jeudi. Les différentes facettes du réformateur entrent en dialogue: le pasteur, le docteur de la foi et le bouffeur de choucroute parfois grossier.

Par Joël Burri

«Alors que je faisais de la publicité pour le spectacle au marché, un type m’a dit “vous mangez avec Luther? Cela ne vous fait pas des indigestions?”», raconte le pasteur Virgile Rochat. Il est vrai que le réformateur a aussi ses côtés obscurs: propos grossiers et attaques virulentes envers les juifs, les musulmans ou les catholiques, émaillent les propos qu’il tenait à table. «C’est surprenant que son entourage ait jugé utile de noter ces débordements. Ils devaient juger que cela apportait de l’humanité au personnage», soulève Virgile Rochat.

Barnard Faure GVABernard Faure dirige le centre pour l’étude du bouddhisme et des religions en Asie orientale à l’Université Columbia à New York. Pour ce spécialiste du bouddhisme en extrême orient ainsi que du panthéon japonais oriental, les dérives du mindfulness vers une méditation édulcorée équivalent à l’ère spirituelle du Nutella.

Propos recueillis par Caroline Amberger

Le mindfulness ou méthode de réduction du stress (MBSR en anglais) a-t-il fait son entrée en religion dans un occident en perte de repères? La pleine conscience soulagerait-elle à la manière d’un placebo? Si aucune étude scientifique ne valide réellement tous les effets salvateurs qu’on lui attribue, le mindfulness est aujourd’hui victime de son succès. Décliné sous de nombreuses formes présentes jusque dans nos smartphones et nos entreprises, ce néo-bouddhisme ouvre la porte à toutes les dérives dans un prêt à penser consumériste. Bernard Faure lance l’alerte. Interview

Cette lettre que le frère de Guillaume Farel adressait au réformateur en septembre 1545 fait partie de la donation. SPLes archives historiques de la Société des pasteurs et ministres neuchâtelois intègrent définitivement les Archives de l’Etat de Neuchâtel. Conservé sous forme de dépôt depuis 1955, ce fonds vient de faire l’objet d’une donation. Un transfert de propriété qui, comme celui de la Bibliothèque des pasteurs en 2015, découle de la fermeture de la Faculté de théologie de l’Université de Neuchâtel.

Photo: Cette lettre que le frère de Guillaume Farel adressait au réformateur en septembre 1545 fait partie de la donation.

Par Nicolas Bringolf

Moins de deux ans après la donation de la Bibliothèque des pasteurs (BPa) à la Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel (BPUN), la Société des pasteurs et ministres neuchâtelois (SPMN) cède gracieusement ses archives historiques à l’Etat de Neuchâtel. Un acte qui assure la pérennité de ces trésors inestimables dans le canton, et ce en libre accès.

© 2017 Protestinfo