×

Message

Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag link line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1

Comme chaque année à la période des fêtes, l’aumônerie œcuménique des hôpitaux universitaires de Genève (HUG) va remettre personnellement un petit cadeau aux deux mille patients actuellement hospitalisés. Financé par la population genevoise, ce petit geste représente plus qu’un objet bien emballé.

Par Myriam Bettens

«Bonjour, nous sommes les aumôniers des HUG et nous venons vous apporter un petit cadeau financé par les dons de la population genevoise.» Rachel Wicht, aumônière catholique, s’adresse à une femme alitée dans une unité d’orthopédie. Juste le temps de déposer sur la table de nuit le petit cadeau. La patiente tend déjà la main pour se saisir de celle de l’aumônière. «Je vais me faire opérer cet après-midi et j’ai peur», lui dit-elle de but en blanc. Rachel Wicht, sa main dans celle de la patiente, la rassure et lui propose de repasser la voir plus longuement dans l’après-midi. Cette femme, comme de nombreux autres patients, ne rentrera pas à temps pour passer les fêtes entourée de sa famille. «Ce petit présent signifie aussi que quelqu’un pense à eux. Plus qu’un objet, c’est notre présence qui compte», explique l’aumônière.

Réunis en assemblée extraordinaire, les délégués de la Fédération des Églises protestantes de Suisse ont ratifié leur nouvelle constitution. La faîtière deviendra une Église nationale à partir du 1er janvier 2020.

Par Laurence Villoz

«C’est un aboutissement historique extrêmement réjouissant», s’enthousiasme Esther Gaillard, vice-présidente du Conseil de la Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS), mardi 18 décembre, à Berne. À 62 voix contre une et une abstention, les délégués de la FEPS ont adopté, en troisième lecture, leur nouvelle constitution, après des années de discussion. Elle entrera en vigueur dès le 1er janvier 2020 et la faîtière prendra le nom d’Église évangélique réformée de Suisse (EERS). Une modification porteuse de nombreux changements.

Le temple de Plainpalais à Genève accueillait dimanche une relecture de la Nativité sous l’angle de la fuite et de la migration. Invités, les requérants d’asile et les réfugiés étaient mis à l’honneur.

Par Myriam Bettens

«Cette peur d’être détrôné n’est-elle finalement pas source de beaucoup de discriminations?», se demande un participant présent à la fête de Noël du Lab, l’espace de l’Église protestante de Genève (EPG) pour les jeunes adultes en recherche de sens et de spiritualité. «Rien n’a changé, des personnes continuent de fuir la tragédie et c’est une question de survie», répond la pasteure Carolina Costa, à la réflexion qui vient d’être soumise, ce dimanche 16 décembre au temple de Plainpalais à Genève.

L’Église réformée évangélique du canton de Neuchâtel doit procéder à des coupes structurelles en raison du recul des contributions. L’organe délibérant a choisi de prendre en charge ce travail au travers d’une commission plutôt que de laisser cette tâche à l’exécutif.

Par Joël Burri

Le Conseil synodal (exécutif) de l’Église réformée évangélique du canton de Neuchâtel (EREN) a proposé au synode (organe délibérant) réuni mercredi 5 décembre à Montmirail, un budget 2019 présentant un excédent de charges de 800’000 pour un total de charges approchant les 7,7 millions de francs. Le recul du produit de la contribution volontaire et des augmentations de charges sociales absorbent l’essentiel des mesures d’économie structurelles prises l’an passé. Le conseiller synodal en charge des finances, Pierre Bonanomi explique que l’exécutif n’a pas pris les devants en présentant un budget équilibré «parce que nous voulions mener un travail concerté avec le synode.» Pour ce faire, l’exécutif a proposé au synode d’accepter une résolution prévoyant qu’il charge le Conseil synodal de réduire le budget 2019 de 400’000fr. et le budget 2020 de 400’000fr. supplémentaires.

Ceux qui s’intéressent à la vie de l’Église protestante de Genève pouvaient demander à recevoir le compte-rendu mot à mot de l’organe délibérant. À l’ère d’internet, cette diffusion papier a été supprimée, mais jusqu’alors, sans vraiment être remplacée.

Par Joël Burri 

Le Consistoire (organe délibérant) de l’Église protestante de Genève (EPG) est public, mais qu’en est-il de son mémorial, le verbatim des débats? La question s’est posée lors de la séance des 29 et 30 novembre. La majorité des délégués a finalement décidé du principe de la publication sur internet et sans restriction d’accès du mémorial et de ses annexes, mais uniquement après son adoption qui intervient lors, de la session suivante. La publication ne concernera toutefois pas les documents contenant des éléments personnels, tels que les dossiers des candidats à la consécration.

Réunies en synode les 4 et 5 décembre, les Églises réformées Berne-Jura-Soleure ont vécu une session d’hiver placée sous le signe de la générosité. Les projets innovants axés sur une présence auprès des individus dans la société ont remporté les suffrages des députés, alors même que les finances passent à l’orange.

Par Marie Destraz

«Est-ce parce que nous traversons des difficultés financières que nous devons nous replier sur nous-mêmes et ne plus entreprendre des projets innovants?», a lancé le porte-parole de la commission d’examen et de gestion des Églises réformées Berne-Jura-Soleure aux 200 députés, réunis en synode (organe délibérant) d’hiver les 4 et 5 décembre à Berne. L’interpellation portait sur la contribution de soutien au projet «Unfassbar» (bar de l’improbable). Depuis 2017, deux pasteurs et une équipe de bénévoles sillonnent les manifestations à la rencontre des gens et de leurs besoins spirituels, dans les lieux publics, foires et marchés. Munis d’un bar ambulant monté sur un tricycle électrique, ils proposent des boissons sans alcool et de la bière. Mais avec un budget de 130'000 francs pour l’année 2019, impossible à couvrir par les dons et les recettes des boissons, le projet a encore besoin d’un soutien annuel de 40'000 francs de la part de l’Église cantonale pour les années 2019-2022, soit un crédit de 160'000 francs. Le montant global et la vente d’alcool ont refroidi une partie du synode qui s’est lancé dans un débat de fond sur le rôle de l’Église dans la société.

© 2019 Protestinfo