×

Message

Failed loading XML...

Des femmes aux BéninAu Bénin, l’Eglise protestante méthodiste mise sur les femmes pour promouvoir ses valeurs auprès de la population. Coup de projecteur sur un projet soutenu par DM-échange et mission, dans le cadre de la campagne La terre en partage.

Photo: © DM-échange et mission

Par Marie Destraz, Réformés

La femme est l’avenir de l’Eglise protestante méthodiste du Bénin (EPMB). Dans un pays où 70% de la population vit de l’agriculture, celle-ci doit faire face à la pauvreté et autres changements climatiques. En matière de développement local, l’EPMB mise sur le dialogue entre femmes. Ses animatrices laïques apportent un soutien aux groupements de cultivatrices, tant en matière de gestion agricole que de promotion du leadership. L’œuvre DM-échange et mission soutient les actions de l’EPMB en finançant un projet de formation théologique, d’aide au développement agricole et de respect des droits humains à hauteur de 23'500 francs.

Portes ouvertesL’association Portes ouvertes, au service des chrétiens persécutés, organise une journée de conférences sur «les risques de la croix», samedi 30 septembre à Yverdon-les-Bains.

Photo: De gauche à droite: Père Michael Najeeb, Raymond Favre, porte-parole de Portes ouvertes et Philippe Fonjallaz, le nouveau directeur.

Par Max Idje

Une journée de conférences et de discussions autour de la persécution des chrétiens dans le monde aura lieu ce samedi 30 septembre, à la salle de la Marive, à Yverdon-les-Bains. Organisé par l’association Portes ouvertes, l’événement sur le thème des «risques de la croix en Asie du Sud-Est, en Egypte et en Irak» comptera parmi ses intervenants le Père dominicain d’origine irakienne Michael Najeeb, qui s’est notamment illustré dans le sauvetage des manuscrits chrétiens et yézidis face à l’avancée de Daech dans la région du nord de l’Irak. De plus, Lucy Arboleda, à la tête d’un mouvement de défense de cette minorité religieuse en Asie du Sud-Est, témoignera de son travail au Vietnam. 

Formation homophobie LabL’Antenne LGBTI du Lab, soutenue par l’Eglise protestante de Genève a proposé une formation aux pasteurs et accompagnants jeunesse. Succès d’une première mouture pour prévenir l’homophobie et la transphobie.

Par Caroline Amberger 

«Nous sommes là parce qu’il y a une urgence et des besoins réels de la communauté LGBTI», a déclaré Adrian Stiefel, chargé de ministère et responsable de l’antenne LGBTI du Lab. (laboratoire de l’Eglise protestante de Genève) lors de cette première journée de formation qui a eu lieu mi-septembre à Genève. Confortablement installés dans les moelleux divans du Temple de Plainpalais, pasteurs, enseignants et travailleurs sociaux ont été subtilement invités à déconstruire les stéréotypes de genre et à prendre la mesure des souffrances que peuvent vivre tous ceux qui ne rentrent pas dans les cases d’une majorité présumée hétérosexuelle. Ouvrant la journée, Adrian Stiefel a témoigné de son parcours personnel, se revendiquant «à la fois gay et chrétien», fruit d’une réconciliation après la déconstruction d’enseignements littéralistes. Un dépérissement pour ce jeune croyant qui ne voyait pas sa foi le guérir de son orientation sexuelle comme l’église évangélique qu’il fréquentait le lui avait annoncée.

Le bâtiment principal du Camp à VaumarcusAprès deux ans de travaux, le bâtiment central du Camp à Vaumarcus rouvre ses portes au public, le samedi 30 septembre. Créé en 1920, le site accueille plus de 15'000 personnes par année.

Photo: Le bâtiment principal du Camp à Vaumarcus

Par Laurence Villoz

Un chauffage central à pellets, l’adjonction d’un ascenseur pour les personnes à mobilité réduite, une nouvelle cuisine et la création d’une grande terrasse devant la bâtisse. Voici les principales transformations apportées au bâtiment central du Camp à Vaumarcus qui sera inauguré samedi 30 septembre, lors d’une journée portes ouvertes. La rénovation a nécessité deux ans de travaux, après trois années d’études, pour un montant total de cinq millions de francs.

Eglises / 27 septembre 2017 - 08:00

Brèves

Finissage de 9.5 sur l’échelle de Luther 
Tweeter sa foi
Les 200 ans du Réveil de Genève

CAS Religion et Gouvernance ASchwab DJaillardComment faire face au terrorisme et aux conflits politico-religieux? Les historiens et anthropologues de l’Université de Genève répondent par une offre de formation continue.

Photo: Aurore Schwab et Dominique Jaillard, codirecteurs du CAS. 

Par Caroline Amberger

«Il fallait faire bouger les choses et offrir des approches alternatives», explique le professeur Dominique Jaillard, historien des religions et codirecteur du programme. «Nous devons donner des moyens et répondre à une inquiétude montante de professionnels en contact avec des acteurs religieux qui ne sont pas préparés à faire face à ces situations inédites». A l’initiative d’un réseau de chercheurs, une nouvelle formation émerge à l’Université de Genève. Son premier objectif? Répondre aux besoins du terrain en donnant des outils pragmatiques et conceptuels.

© 2017 Protestinfo