×

Message

Failed loading XML...
Eglises / 20 décembre 2017 - 08:00

Brèves

Collecte de sang
Encourager l’œcuménisme
Des cadeaux solidaires

Un réfugié nettoie un camp au LibanSelon l’Entraide protestante suisse (EPER), la recherche d’un emploi est une priorité pour les réfugiés au Liban.

Photo: Les réfugiés nettoient les camps © EPER/Christian Bobst

Par Marie Destraz, Réformés

Au Liban, une personne sur quatre est un réfugié syrien. Mais après six ans de guerre civile en Syrie, le million de réfugiés présents sur le territoire n’est plus en odeur de sainteté. Leur présence impacte l’économie du pays: les investissements baissent, comme les salaires, alors que les dépenses publiques liées, entre autres, à la santé et à l’éducation augmentent. En 2013, la crise syrienne aurait coûté 2,5 milliards de francs au Liban en perte économique, selon le Haut-Commissariat aux réfugiés.

David Hamidovic ©UNIL/Félix ImhofLors du dernier synode de l’Eglise évangélique réformée du canton de Vaud, David Hamidovic, doyen de la Faculté de théologie et de sciences des religions a déclaré disposer de suffisamment d’éléments pour affirmer que les facultés de Lausanne et Genève ne collaboreraient pas avec la Haute école de théologie HET-pro qui vient d’ouvrir à St-Légier (VD). Il a répondu par écrit et de façon concertée avec son homologue de Genève aux questions de Protestinfo suscitées par cette annonce.

Photo: David Hamidovic ©UNIL/Félix Imhof

Vous avez déclaré disposer désormais de suffisamment d’éléments permettant d’affirmer que, d’entente avec la Faculté de Genève, vous ne collaboreriez pas avec la HET-pro. Quels sont ces éléments?

Les facultés de Lausanne et de Genève ont pris connaissance des documents communiqués sur le site internet de la nouvelle école et des propos tenus dans les médias depuis plusieurs années par ses responsables et principaux soutiens. Il nous apparaît clair que les collaborations institutionnelles ne sont pas envisageables. En effet, notre projet de formation commun aux facultés de Lausanne et de Genève repose sur une connaissance des religions et du christianisme qui sait faire place au sens critique afin de donner aux étudiants les moyens de conquérir leur propre liberté de pensée et d’agir. Nous ne voulons pas enfermer les étudiants dans une lecture unique et décontextualisée.

Henri BlocherLe théologien évangélique Henri Blocher a donné une conférence publique à St-Légier (VD). Il s’est livré à l’exercice de la définition des axes centraux de la théologie de ce mouvement.

Par Joël Burri

«Le mot “évangélique” attire l’attention aujourd’hui comme il ne le faisait pas quand j’étais jeune, grâce à la progression de ce mouvement et grâce à l’essoufflement d’autres confessions. La question de son identité se pose donc avec davantage d’identité», a rappelé le théologien évangélique Henri Blocher, en début de la conférence publique qu’il a donnée la semaine passée à la haute école de théologie, HET-pro, à St-Légier (VD).

L'Hotel de Ville à BerneLa motion signée par trente-cinq délégués des Eglises réformées de Berne-Jura-Soleure n’a pas suffi à maintenir le partenariat avec «Reformierte Medien», mercredi 13 décembre à Berne.

Photo: L’Hôtel de ville à Berne

Par Laurence Villoz

«Nous sommes tous dans le même bateau, nous voulons une bonne couverture des réformés dans la presse», a soutenu Hans Ulrich Germann, dépositaire d’une motion urgente, cosignée par 34 délégués, visant la réactivation de l’adhésion des Eglises Berne-Jura-Soleure (Bejuso) à «Reformierte Medien». Fin septembre, le Conseil synodal (exécutif) a décidé de résilier, au terme de l’année 2018, son affiliation au département des médias des Eglises réformées de Suisse alémanique. Un service qui offre une visibilité aux Eglises sur son site internet ref.ch, à travers le magazine «Bref» ainsi que sur les ondes TV et radio de la Schweizer Radio und Fernsehen (SRF).

Les délégués dans la salle du Grand Conseil à BerneRéunis mardi à Berne, les délégués des Eglises réformées de Berne-Jura-Soleure ont validé un projet-pilote d’accompagnement religieux aux personnes hospitalisées qui sont de confessions autres que chrétiennes.

Photo: Les délégués dans la salle du Grand Conseil, à Berne

Par Laurence Villoz

«Dans les hôpitaux, nous avons constaté une demande accrue d’accompagnement religieux de la part de personnes qui ne sont pas chrétiennes. Le rôle des aumôneries consiste à offrir des prestations sans préjugés, indépendamment de l’appartenance religieuse. Il s’agit de comprendre les patients dans leur histoire personnelle», a souligné la conseillère synodale, Claudia Hubacher, mardi 12 décembre à Berne. Lors de la première journée du Synode d’hiver des Eglises de Berne-Jura-Soleure, les délégués ont accepté un projet-pilote de trois ans pour «l’accompagnement religieux en milieu hospitalier des personnes de religions non chrétiennes». Ce programme œcuménique se déroulera à l’aumônerie de l’Hôpital de l’Ile (BE) et sera piloté par la Conférence interconfessionnelle du canton de Berne (CIC).

© 2018 Protestinfo