×

Message

Failed loading XML... xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1
CV___pour_FEPS_mars_2010-2Sion – Un Romand veut incarner les protestants en Suisse. Alors que les réformés suisses font face à des défis sans précédent, le Valaisan Didier Halter n'a pas froid aux yeux. Il prétend à la succession du Zurichois Thomas Wipf à la tête de la Fédération des Eglises protestantes de Suisse (FEPS). Le Valaisan a un seul concurrent pour l'heure: Gottfried Locher, issu de l'Eglise bernoise, un poids lourd de la FEPS.

Si le Bernois Gottfried Locher vient d'une Eglise majoritaire, Didier Halter incarne une Eglise minoritaire. A l'heure où les Eglises prennent conscience de leur perte d'influence, avec les craintes qui y sont liées, M. Halter a la confiance en lui des minoritaires de longue date. « Là où les protestants sont une minorité et vivent dans un contexte de sécularisation, ce courant garde sa capacité d'attractivité », évalue-t-il.
tc7tdcyiPénurie de vocation aidant, des diacres et des laïcs risquent de prendre en charge – dans certains cantons - des activités réservées jusqu'ici aux pasteurs. La question de leur formation théologique se pose sur fond de crise dans les facultés.

Sur le terrain, les équipes commencent à souffrir. Dans le canton du Jura et celui de Berne, côté francophone, un tiers des 35 postes de pasteurs devront trouver preneur d'ici 2014, a indiqué à ProtestInfo le pasteur Marc Balz. Dans la région qui englobe Tavannes, Prévôté et Tramelan, 2,6 postes sur 8,1 sont déjà vacants. « Les pasteurs sont difficiles à recruter. Mais c'est encore plus difficile dans une vallée comme la nôtre »,  a expliqué le pasteur Philippe Kneubühler.

3568_eglise-minaret_440x260

Au Liban, chrétiens et musulmans s’apprêtent à célébrer pour la première fois à Beyrouth une « fête nationale commune islamo-chrétienne » autour de la figure de Marie jeudi prochain le 25 mars. Le gouvernement libanais vient de donner son feu vert. L’initiative fera-t-elle des émules ailleurs ?


Par Camille Gonzales et Tania Buri


Lech Walesa, l'ancien leader polonais, est attendu jeudi Beyrouth, ont indiqué à Protestinfo les organisateurs de la manifestation au Liban. La fête se déroulera le jour de l’Annonciation dans le calendrier catholique, mais ne tend pas à la remplacer.

blablaLes médias préfèrent parler des catholiques et des musulmans plutôt que des réformés, confirment deux recherches de l’Ecole des Hautes Etudes de sciences appliquées à Winterthour (ZH). Les protestants souffrent de leur quasi-absence des médias, mais si les autres religions apparaissent plus souvent, ce sont pour des raisons qui les desservent généralement.

D'après Matthias Böhni, de reformierte presse

Les médias parlent peu des protestants, mais quand ils le font, c'est plutôt de façon positive, relève Carmen Koch* dans une étude, où elle a analysé la fréquence et le traitement réservés aux nouvelles abordant le fait religieux. Elle a passé à la loupe en 2008 des quotidiens, des émissions radio et TV de la région zurichoise et lausannoise. Parmi eux, « 20 Minutes », « 24 Heures », « Le Matin » et « Le Temps » en Suisse romande ainsi que la «NZZ», le «Blick», le «Tages-Anzeiger», l’«Echo der Zeit» et le «Tagesschau» (Téléjournal) pour la Suisse alémanique.

Voila_Capture4Une ONG veut inciter les réformés romands à témoigner de la foi qui les anime. A l'heure où l'on scie les croix sur le sommet des montagnes, cette démarche est diversement reçue par les milieux réformés. En effet, ces derniers sont davantage réputés pour leur discrétion que pour l'affirmation tonitruante de leurs croyances.

Par Jean-Christophe Emery

imagesA l'Université de Lausanne, le cours public de théologie abordera cette année la crucifixion au cinéma et dans la bande-dessinée. Explications d'Alain Boillat, spécialiste de la représentation du Christ, avant sa conférence le 30 mars.

Jésus meurt sur la croix entouré d’une foule bruyante. Ses dernières pensées l’emmènent dans une rêverie. On le voit alors se précipiter dans les bras de Marie-Madeleine. Qui nettoie au plan suivant les plaies de la crucifixion sur le corps de son amant. Un Jésus humanisé illumine les yeux des cinéphiles cette année-là. Nous sommes en 1988.

La dernière tentation du Christ de Martin Scorsese sort sur les écrans. Mais sur fond de scandale. Car cette interprétation de la mort de Jésus provoque des hauts-le-cœur du côté de l’Eglise. Et choque le public plaidant pour le respect des Evangiles...

Propos recueillis par Sandrine Perroud

© 2018 Protestinfo