×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 395
×

Message

Failed loading XML...
alala

Valeurs, choix et contradictions, c'est le thème de la troisième édition de la Nuit des 1000 questions. Elle se déroulera le samedi 25 septembre à Bienne. Autour de nombreux débats, ateliers, expos et concerts, la population est invitée à discuter de l'avenir de notre société.


Par Julien Baumann

Plus de 40 acteurs de la vie culturelle et sociale de la région de Bienne investiront samedi le centre ville pour faire vivre cette manifestation originale. La Nuit des 1000 questions a vu le jour il y a quatre ans et vise à encourager le débat sur des questions fondamentales. « L'idée est de dépasser les discussions de bistrot, mais aussi de montrer que les problématiques pointues ne sont pas l'apanage des spécialistes », explique Reto Gmünder, coorganisateur et responsable des manifestations de la paroisse réformée.

La manifestation a aussi pour but d'aborder d'une autre manière certains sujets sérieux. « Nous voulons traiter de questions d'actualité avec une certaine légèreté. Les aspects ludiques et créatifs sont mis en avant », poursuit le Biennois.
400384_-3A l'heure de la rentrée littéraire, Labor et Fides, maison d'édition du protestantisme romand et francophone, se bat pour maintenir sa ligne. Sans se priver, parfois, de s'en écarter un peu. Histoire de diversifier son financement? Enquête.

Par Samuel Ramuz

Bulletin de santé satisfaisant: les Editions Labor et Fides réussissent le contrôle médical. Mais pas au point d'éloigner tout risque de perfusion. «Nous ne distribuons pas de dividendes à nos actionnaires», sourit Gabriel de Montmollin, directeur de la maison protestante depuis 2007.

imagesMais d'où vient le Jeûne fédéral? Pour puiser à la source de cette tradition helvétique, il faut remonter au XVIe siècle. Depuis, les logiques cantonales ont pris le dessus. Du coup, le 20 septembre, seuls les Vaudois, les Neuchâtelois et les habitants de quelques communes du Jura bernois profiteront d'un lundi de congé.


Par Cédric Némitz, VP Berne-Jura-Neuchâtel

En 1832, la Diète fédérale décrète le 3e dimanche de septembre «jour d’action de grâces, de pénitence et de prière pour toute la Confédération helvétique», peut-on lire dans le Dictionnaire historique de la Suisse. C’est l’appellation officielle du Jeûne fédéral. Mais il a fallu des siècles pour que cantons protestants et catholiques s’entendent sur une date commune.

18800Peut-on enseigner la théologie en laissant ses convictions chrétiennes au vestiaire et considérer la foi comme n’importe quel objet d’étude? Plusieurs théologiens, dont l'écrivain Shafique Keshavjee et Pierre Gisel, le maître d'oeuvre de l'encyclopédie du protestantisme, vont développer leurs points de vue dans deux débats à Lausanne et Genève.

Par Aline Bachofner, VP Genève

«Oui, on peut enseigner la théologie en taisant ses convictions», répond en substance Andreas Dettwiler, doyen de la Faculté de théologie de Genève. S’il parle volontiers de ce qu'il croit, il estime que cet aspect relève du domaine privé et que ses convictions ne doivent pas interférer avec son enseignement. «L’enseignement de la théologie à l’Université n’a pas pour but de susciter la foi ni d’évangéliser.»

«La théologie est une boîte à outils analytique qui doit rendre intelligible la foi», explique Andreas Dettwiler. Et rendre intelligible la foi, ce n’est pas répondre au questionnement spirituel: «Nous ne sommes pas une paroisse, poursuit le doyen, nous ne répondons pas à la quête spirituelle des étudiants. »
a_-_scriptorium_1lgUne fête autour et à partir de la bible, sur deux jours et demi et dans quinze lieux différents de la ville : le Festibible prend ses quartiers dès vendredi dans les rues de Fribourg.

Dans la foulée des différents festivals musicaux de l’été, Fribourg abrite ce week-end du Jeûne une animation d’un genre particulier et pour la première fois en Suisse : le Festibible. « Il s’agit de sortir de nos Eglises », résume Marie-Dominique Minassian, responsable du comité d’organisation. 

a-chomage Il faut réformer la France ! Nicolas Sarkozy n’a pas arrêté de marteler ce slogan qui l’a finalement porté à la présidence de la République en 2007. Plus de trois ans après, tout le monde proteste contre les réformes : celle des retraites, mais aussi de la fonction publique ou de l’enseignement.


Chronique par Gabriel de Montmollin*


« Réforme », « protestation », une mise au point s’impose. Je suis protestant et je pense que les Eglises devraient réclamer des droits d’auteur quand d’autres qu’elles utilisent des termes qu’elles ont mis sur le marché.

Au XVIème siècle, Luther et Calvin ont réussi à réformer l’Eglise et ont conduit des peuples à protester contre la mainmise du prince sur la liberté de croire. Alors bon, je proteste et j’aimerais que les avocats conjoncturels de la réforme réforment l’utilisation à tout crin de ces deux marques déposées.

© 2018 Protestinfo