×

Message

Failed loading XML...

Trinh Xuan ThuanL’astrophysicien Trinh Xuan Thuan est un scientifique qui contribue à réenchanter le monde. L’œil rivé sur son télescope, il observe un cosmos qu’il perçoit comme ordonné pour donner naissance à la conscience et à la vie. Rencontre avec un scientifique bouddhiste, pétri de philosophie occidentale.

Photo: Trinh Xuan Thuan © Patrick Gilliéron Lopreno

Par Guillaume Henchoz, reformes.ch 

Trinh Xuan Thuan, vous êtes un astrophysicien qui a passé une bonne partie de sa carrière le nez rivé sur un télescope. Mais vous êtes aussi un essayiste dont les ouvrages sont lus par un large public. Comment expliquez-vous votre succès?

Effectivement, mon premier livre, «Mélodie secrète»  (Fayard, 1988, ndlr) a très vite trouvé son public. Au début, j’étais un peu étonné. Avec le recul, je pense que cela s’explique assez facilement: l’espace fascine tout le monde. Le télescope Hubble ou, plus récemment, la sonde spatiale Cassini qui a plongé vers Saturne font l’objet d’une couverture médiatique sans précédent! Il faut dire que l’on tire des images extraordinaires de ces observations ou de ces missions. C’est très esthétique et cela parle aux gens. Mais il y a aussi autre chose: l’espace nous renvoie à l’infini. N’importe quel être humain s’est un jour tourné vers le ciel et a éprouvé une sorte de vertige. J’ai donc la chance de mener des recherches dans un domaine des sciences qui parle au public. Nous autres, astrophysiciens, sommes en quelque sorte plus chanceux que nos collègues qui explorent l’infiniment petit. Nos vertiges et nos interrogations sont plus faciles à appréhender, notamment grâce aux images que nous tirons de nos observations. Notre champ d’investigation est également occupé par une culture plus populaire qui se traduit par des livres et des films de science-fiction prenant souvent en compte l’actualité de notre recherche avant d’extrapoler et de la placer dans un univers futuriste.

Le Palais Fédéral transformé en orgues durant «Rendez vous Bundesplatzt» 2017Année de Jubilé oblige, l’édition 2017 de «Rendez-vous Bundeplatz» évoque la Réforme au travers de «Reset», un spectacle son et lumière qui présente le renouveau qui s’est opéré à la charnière entre le Moyen Age et les temps modernes.

Par Joël Burri

La nuit vient de tomber sur Berne. Tout à coup, l’éclairage public de la place fédérale s’éteint. De la musique retentit et un éclairage vient donner vie à la face du palais fédéral. Pendant 30 minutes, les tableaux se succèdent. L’imprimerie à caractère mobile, la traduction de la Bible, la peste, les pamphlets, les guerres de religion, l’iconoclasme, la restriction, le travail sont quelques-uns des thèmes abordés au travers de divers symboles qui jouent avec l’architecture du bâtiment. «Reset» est la septième édition de «Rendez-vous Bundesplatz» à voir du 13 octobre au 25 novembre. Pas de doute, le renouveau qui est évoqué est bien celui provoqué par la Réforme.

Pierre Cérésole (1879-1945), LDD, via https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Ceresole#/media/File:PierreCeresole.jpgIl aurait pu être à l’origine des Indignés. Pierre Cérésole n’a pas uniquement milité pour un autre monde. Il l’a réalisé.

Photo: Pierre Cérésole (1879-1945), LDD

Par Caroline Amberger

Imaginez que vous êtes le fils d’un président de la Confédération. Un diplôme d’ingénieur mécanicien en poche avec félicitations de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Zurich, vous le complétez par un grade de docteur en philosophie sur un sujet de mécanique. La prestigieuse université zurichoise vous propose un poste que vous déclinez. Puis vous héritez de 48 actions Nestlé, l’équivalent de 3,5 millions de francs suisses. Vous les refusez et les renvoyez au Conseil Fédéral, mentionnant «Je vous renvoie ci-joint les titres que j’ai reçus en héritage de mon père, espérant que les évènements actuels suffiront sans autre commentaire à expliquer les motifs de cette restitution». C’est ce qu’a fait Pierre Cérésole, nous sommes le 12 novembre 1914 il a alors 35 ans.

des pimentsL’Entraide protestante suisse a mis en place deux projets pilotes de vente de piments et de poivre venant du Cambodge qui se passent d’intermédiaires. Une ouverture au marché qui incite les producteurs à produire du bio.

Par Laurence Villoz

«Le but de ce projet consiste à inciter les petits producteurs des pays du Sud à cultiver sans pesticide, sans OGM pour tendre finalement à l’agriculture biologique. Ce changement nécessite un réel processus d’accompagnement, car en arrêtant les produits chimiques, les récoltes peuvent être plus faibles et certaines denrées détruites par les nuisibles. Au-delà de la volonté à préserver la santé des paysans et la qualité des terres, la motivation à produire du bio se trouve dans le fait de pouvoir vendre leurs produits plus chers sur les marchés européens et américains. Il s’agit donc de promouvoir des liens directs entre agriculteurs et consommateurs, avec le moins d’intermédiaires possible entre les deux», explique Adrian Scherler chargé de programmes au Cambodge pour l’Entraide protestante suisse (EPER).

Eglises / 11 octobre 2017 - 08:00

Brèves

A la découverte de la Cathédrale
Refus de visa
Marc Lienhard, docteur honoris causa

Meret VallonLa question de l’accueil des enfants et du catéchisme se trouve au centre des préoccupations de plusieurs Eglises romandes. Qu’apporte la transmission d’une religion au développement d’un enfant? Rencontre avec la pédopsychiatre Meret Vallon.

Photo: Meret Vallon

Par Laurence Villoz

La chapelle de Servion (VD) a récemment été transformée en espace pour les plus jeunes. L’Eglise protestante de Genève promeut de nouvelles formes de catéchèses inspirées par «Godly play» ou «jeu divin», une marque américaine qui développe des outils inspirés par la pédagogie Montessori. Quant aux Eglises de Berne-Jura-Soleure, elles ont tenu à rappeler publiquement que le catéchisme n’était pas de l’endoctrinement, mais un espace de réflexion. Protestinfo a rencontré Meret Vallon, psychiatre pour enfants et adolescents qui a elle-même donné le culte de l’enfance à Molondin dans le canton de Vaud.

© 2017 Protestinfo