×

Message

Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag link line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1
  • 07 janvier 2019 - 15:14
  • Michael Grau, (EPD/Protestinter) 2827 signes
ProtestInter

Un tchat d’accompagnement pastoral pour remédier à la solitude

Durant la période des fêtes, de nombreuses personnes seules, en Allemagne, ont recouru à de l’accompagnement pastoral sur internet. Une initiative des Églises protestantes des régions de Hanovre et de Rhénanie.

Par Michael Grau, Hanovre, (EPD/Protestinter)

Les fêtes de fin d’année ont fait notablement augmenter les demandes d’accompagnement pastoral sur internet. «Nombre de fidèles issus de tous les pays germanophones ont pris part au tchat pastoral hebdomadaire pour y faire part de leur situation et demander des conseils», explique le pasteur Carsten Krabbes, coordinateur de l’événement à Hanovre. Plusieurs utilisateurs esseulés ont évoqué leur souffrance et fait part de leurs craintes vis-à-vis des fêtes de fin d’année. «C’est une période où tout le monde se retrouve en famille, où tout le monde s’aime, mais ces personnes-là étaient seules pour Noël», explique le pasteur.

Le tchat d’accompagnement pastoral reflète le fait que la solitude existe à tout âge et chez toutes les classes sociales. «Cependant, ce sont surtout des femmes âgées de vingt à quarante ans», précise Carsten Krabbes. Beaucoup de discussions portent sur la façon de trouver un partenaire et de s'engager. Mais les problèmes familiaux et professionnels ainsi que des questionnements sur le sens de la vie font également partie des discussions.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’isolement ne rime pas forcément avec la pauvreté matérielle. «Il y a des étudiantes en médecine et des jeunes médecins. Elles ont tout misé sur leur carrière. Le soir, elles se retrouvent seules chez elles et se demandent: ‘C’est vraiment cela la vie?’». Des infirmières et des aides-soignantes présentes sur le tchat ont également fait part d’une surcharge de travail: «les patients sont de moins en moins pris en charge et nous devons davantage nous occuper d’eux». Lors de la dernière session, plusieurs participants ont aussi abordé des questions de deuil. Comment continuer à vivre quand on a perdu un proche?

Un isolement croissant

«Les gens sont de plus en plus isolés et cette situation progresse de façon dramatique», explique le pasteur. Cette tendance apparaît aussi au-delà des frontières allemandes. Ainsi, la Grande-Bretagne n’a pas hésité à créer un ministère spécialement dédié à la solitude et aux personnes isolées. Heureusement, ajoute Carsten Krabbes, s’exprimer sur internet constitue déjà un premier pas vers la résolution du problème. «Lorsqu’on met les choses par écrit, on comprend déjà mieux ce que l’on vit.»

Créé il y a une quinzaine d’années, le tchat d’accompagnement pastoral est proposé par les Églises protestantes régionales de Hanovre et de Rhénanie. Une équipe de plus de vingt pasteurs, diacres et enseignants répond aux questions et aux demandes de conseil tous les lundi et mercredi, de 20h à 22h, en langue allemande, sur le site www.chatseelsorge.de. Les participants s’expriment sous pseudonyme et peuvent ainsi rester anonymes tandis que les pasteurs, qui animent les sessions par groupe de trois, sont identifiés avec leur nom et leur photo.

Près de 3500 utilisateurs participent chaque année aux discussions. Beaucoup sont des habitués et connaissent bien les modérateurs et les pasteurs. Sur demande, les utilisateurs peuvent aussi discuter avec un pasteur en session privée. Dans certains cas, cependant, le pasteur peut suggérer à l’utilisateur de s’orienter vers un thérapeute.

« Retour
© 2019 Protestinfo