×

Message

Failed loading XML... xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1
  • 31 octobre 2018 - 10:15
  • Yonat Shimron, RNS/Protestinter 4696 signes
ProtestInter

Le musée de la Bible retire de faux manuscrits

Cinq fragments des manuscrits de Qumrân, exposés au Musée de la Bible à Washington, ont été reconnus comme faux. Ils ont été supprimés de l’exposition.

Par Yonat Shimron, RNS/Protestinter

Depuis son ouverture il y a près d’un an, le musée de la Bible à Washington, a exposé, entre autres, cinq fragments des célèbres manuscrits de Qumrân, aussi appelés manuscrits la mer Morte. Ces fragments de parchemins anciens ont été découverts il y a 70 ans dans une caverne dans le désert. Fin octobre, le musée a reconnu que les cinq fragments étaient des faux. Ils ont été retirés et remplacés par trois autres fragments qui ne montrent pas les mêmes anomalies.

Le musée a longtemps soupçonné que les fragments étaient faux. C’est pourquoi une plaque disant que les experts avaient des doutes quant à leur authenticité accompagnait leur exposition. Mais fin octobre, le musée a reçu les résultats scientifiques des examens digitaux et radiographiques de l'encre, des couches de sédiment et de la composition chimique, démontrant que, sans aucun doute, les fragments étaient faux.

«Cela fait partie de notre engagement continu que de nous assurer que nous respectons toutes les normes juridiques et muséales, que nos expositions sont exactes, et que lorsque nous avons de nouvelles informations, nous les rendons disponibles», a affirmé Jeff Kloha, conservateur responsable au musée. «Là où nous avions des doutes sur la documentation, nous l'avons affiché sur le site web du musée et également sur les présentoirs à côté des oeuvres.»

Des origines problématiques

Ce n'est pas la première fois que le musée est confronté à des questions sur l'origine problématique de certaines de ses antiquités. Bon nombre des articles exposés ont été achetés à partir de 2009 par la famille Green, une famille milliardaire de l'Oklahoma, propriétaire de la chaîne de magasins d'artisanat Hobby Lobby. Le musée a bénéficié des nombreux achats des Green. La famille a amassé environ 40’000 objets, dont certains ont été donnés au musée, y compris les présumés fragments des manuscrits de la mer Morte.

L'année dernière, Hobby Lobby a accepté de restituer près de 4’000 artefacts à l'Iraq après avoir découvert qu'ils avaient été pillés sur des sites archéologiques. Dans le cadre du règlement conclu avec le ministère de la Justice, l'entreprise a également été tenue de verser trois millions de dollars au gouvernement américain.

Les manuscrits de la mer Morte sont considérés comme l'une des plus grandes découvertes archéologiques du XXe siècle. Ils ont été trouvés par des bergers bédouins en 1947 dans des grottes près de la mer Morte et ont environ 1’100 ans de plus que tout autre texte existant de la Bible hébraïque. Parmi les fragments, on trouve des portions des Dix Commandements et du Livre de la Genèse. Ces objets sont précieux pour tout collectionneur, et en particulier pour la famille évangélique Green. Actuellement, l'Autorité des Antiquités d'Israël en possède la majorité et les expose à Jérusalem, au Sanctuaire du Livre. Nombre d'entre eux peuvent être consultés en ligne.

Les plus anciens fragments

«Pour les Green et de nombreux collectionneurs de la communauté évangélique, il y a quelque chose à propos de la tangibilité du texte et de la possibilité de toucher une partie de la Bible qui est antérieure à Jésus», souligne Joel Baden, professeur de Bible hébraïque à la Yale Divinity School. «Il y a un attrait profond pour le «plus vieux texte» et ces textes sont vraiment les plus anciens que nous ayons.» La famille Green a acheté 16 fragments des manuscrits entre 2009 et 2014, selon Jeff Kloha. Douze d’entre eux ont été obtenus en 2009 et 2010. Jeff Kloha ne dévoile pas combien Hobby Lobby a payé pour ces articles avant qu'ils ne soient donnés au musée.

Lawrence Schiffman, conseiller au Musée de la Bible, a contesté la rumeur communément admise selon laquelle les Green ont commis une erreur en achetant trop d'artefacts trop rapidement, sans l’expertise de professionnels qui auraient réellement pu homologuer leur origine et leur authenticité. Il a noté que depuis 2002, près de 70 articles mis sur le marché sous forme de fragments de manuscrits de la mer Morte semblaient suspects. Certains fragments ont été vendus au Séminaire théologique baptiste du sud-ouest à Fort Worth au Texas, d'autres à l'Université d'Azusa Pacific à Azusa en Californie.

«Ce n'est pas la seule institution qui possède des fragments d'après 2002», précise Lawrence Schiffman, professeur d'études hébraïques et judaïques à l'Université de New York. «Ils ont été achetés par tout un tas de gens et comportaient une très bonne certification. Ces acheteurs ont tous été roulés.»

Jeff Kloha ajoute que les fragments des manuscrits, présentés au musée de la Bible, ont été soumis à trois séries de tests pour vérifier leur provenance, leur style graphique et la relation chimique entre le parchemin et l'encre. Les résultats de la troisième série de tests, considérés comme le meilleur déterminant d'authenticité, sont revenus fin octobre.

« Retour
© 2018 Protestinfo