×

Message

Failed loading XML... xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1
  • 16 août 2018 - 19:18
  • laurence villoz 2175 signes
Eglises

Décès du conseiller synodal Lucien Boder

Tags:

Lucien BoderConsidéré comme le conseiller synodal francophone des Églises réformées de Berne-Jura-Soleure, le pasteur Lucien Boder s’en est allé paisiblement, mercredi 15 août, à l’âge de 60 ans.

Photo: Lucien Boder DR

Par Nicolas Meyer et Laurence Villoz

«Lucien Boder était un pasteur passionné, avec un grand cœur et une remarquable capacité d’écoute», se rappelle Pia Grossholz-Fahrni, conseillère synodale des Églises réformées de Berne-Jura-Soleure (BEJUSO) et amie de longue date. Frappé par un cancer, Lucien Boder avait suivi une thérapie assez lourde au printemps dernier. Il avait ensuite repris ses activités avec optimisme et élan. «Dans son travail tout comme dans sa maladie, il a toujours gardé un grand optimisme et une profonde ténacité», souligne Xavier Paillard, président du Conseil synodal de l’Église évangélique réformée vaudoise. Pour son entourage et ses collègues, sa disparition est d’autant plus difficile à comprendre. Il s’en est toutefois allé paisiblement en s’endormant à son domicile, à l’âge de 60 ans.

Père de deux enfants, Lucien Boder était notamment connu pour son implication dans de nombreuses commissions et représentait avec brio l’arrondissement jurassien auprès des Églises BEJUSO. Pour le Conseil synodal, il marquait ses interlocuteurs par sa personnalité hors du commun. Il allait à la rencontre de chacun en leur prêtant cette attention respectueuse qui ne laissait personne indifférent et était un homme empreint d’une profonde spiritualité. «C’était un homme très humain qui s’est beaucoup investi pour la partie francophone. Il nous a fait découvrir la mentalité des Romands», précise Pia Grossholz-Fahrni. Et alors que le conseiller parlait systématiquement en suisse allemand pendant les séances du conseil, lorsqu’il s’énervait vraiment, ce qui était rare, il s’exprimait en français, raconte encore Pia Grossholz-Fahrni. «Dans ces moments, nous comprenions tout de suite qu’il n’était pas du tout d’accord», sourit la conseillère synodale.

Parmi ses nombreuses casquettes, on peut noter que dans les années 1990 il a été président de la pastorale du canton de Berne et jusqu’à présent membre du Conseil du Synode jurassien. Il a également été président de l’assemblée de la Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS) durant deux ans avant de faire partie du conseil. Il a été élu au Conseil synodal des Églises BEJUSO et à l’exécutif de la Conférence des Églises romandes (CER), dans lequel il a dû traiter plusieurs dossiers importants, dont la fusion des journaux des Églises romandes.

Ses principaux objectifs étaient de travailler à une Église capable de relever les défis d’une présence plus communautaire et missionnaire dans une société sécularisée et d’offrir des conditions de travail stimulantes aux professionnels malgré des problèmes financiers et des pénuries.

 

 

« Retour
© 2018 Protestinfo