×

Message

Failed loading XML... xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1
  • 31 mai 2018 - 08:10
  • laurence villoz 1767 signes
Solidarité

Quand l’Armée du salut instaure la Journée du donut

Affiche pour des donuts https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Doughnut_Dollies_1918_France.jpgChaque premier vendredi du mois de juin est consacré aux donuts, ces beignets ronds et sucrés. Instaurée par l’Armée du salut à Chicago pour remercier les femmes qui avaient donné ces douceurs aux soldats pendant la Première Guerre mondiale, cette journée célèbre probablement ses 80 ans cette année.

Photo: Les femmes qui distribuaient des donuts aux soldats LDD

Par Laurence Villoz

Sucré, gras, recouvert de glaçage et parfois même fourré, le donut a quelque chose du plaisir coupable. «C’est typiquement une nourriture de réconfort», explique Olivier Bauer, professeur de théologie pratique et spécialiste de la valeur spirituelle de l’alimentation. Chaque premier vendredi du mois de juin est consacré à ce beignet en forme de bouée. Cette année, la Journée du donut, particulièrement populaire aux États-Unis sous le nom de National doughnut day, aura lieu le 1er juin.

Au-delà de son côté commercial et futile, cette fête fait référence à des événements ancrés dans l’histoire. Elle a été instaurée selon la plupart des sources en 1938 par l’Armée du salut à Chicago pour remercier les femmes qui avaient donné des donuts aux soldats pendant la Première Guerre mondiale. Selon des documents d’archives, l’institution chrétienne avait envoyé, à cette époque, des volontaires en Europe pour soutenir les troupes et leur préparer à manger. Plus de 250 femmes se sont retrouvées à confectionner des donuts pour les soldats au front. Il semblerait même qu’elles les faisaient frire dans les casques et les laissaient sécher sur les baïonnettes.

Une forme divine

Si les donuts ont mis du baume au cœur des soldats, peut-être que ces beignets ronds leur ont également offert un réconfort spirituel? «Géométriquement, le donut a la forme d’un tore élémentaire. Pour le psychanalyste Jacques Lacan, c’est le symbole de l’inconscient. Et pour certains théologiens, notamment juifs, cette forme évoque la divinité. Elle a ni début ni fin, ni dessus ni dessous, ni envers ni endos. Elle incarne l’infinité et la perfection qui sont attribuées à Dieu», explique Olivier Bauer.

Et 80 ans plus tard, le donut continue d’apporter un peu de douceur dans certaines bases militaires. «Au Canada, c’est un aliment emblématique. Et il semblerait que dans les bases canadiennes, en particulier en Afghanistan, on retrouve systématiquement un restaurant de la chaîne Tim Hortons où l’on peut se procurer du café et des donuts», sourit Olivier Bauer.

« Retour
© 2018 Protestinfo