×

Message

Failed loading XML...
  • 08 novembre 2017 - 11:15
  • Joël Burri 2977 signes
Eglises

L’Eglise évangélique réformée de Suisse est attendue pour Noël 2018

FEPS AD 2017 11Après des années de travaux préparatoires, les délégués de la Fédération des Eglises protestantes de Suisse se sont attelés à la première lecture du projet de nouvelle constitution de l’organe faîtier. Ils ont adopté un calendrier serré prévoyant l’adoption finale du texte à la fin de l’année prochaine déjà.

Par Joël Burri

La faîtière protestante suisse s’appellera «Eglise», mais restera une communion d’Eglises. C’est ce qui ressort de deux jours d’assemblée des délégués de la Fédération des Eglises protestantes de Suisse (FEPS), lundi 6 et mardi 7 novembre à Berne. L’organe réunit les Eglises réformées cantonales du pays, ainsi que l’Eglise méthodiste et l’Eglise évangélique libre de Genève. Une large partie des deux jours a été consacrée à la première lecture de la nouvelle constitution de la FEPS, mais en raison des discussions riches, mais abondantes, les délégués ne sont parvenus à se prononcer que sur 10 des 41 articles du projet de texte fondamental.

Une assemblée des délégués supplémentaire aura donc lieu en avril 2018 afin que la seconde lecture de la nouvelle constitution puisse avoir lieu en été 2018 et le vote final lors d’une autre assemblée extraordinaire vers Noël 2018.

Sur les deux jours, ce n’est pas loin d’un jour et demi qui était consacré à ce point. Chaque article donnait lieu à une poignée d’amendements. Il faut dire que le début du texte définit les fondements de cette collaboration inter-Eglises. Les articles suivants plus techniques devraient donner lieu à moins de discussions. «Même si nous ne changions presque rien de notre constitution, nous aurions déjà vécu quelque chose d’important dans le processus de révision», a rappelé Gottfried Locher, président du Conseil de la FEPS (exécutif) dans son discours introductif. «C’est quelque chose que nous vivons “once in a lifetime”, une fois dans une vie», a-t-il scandé.

«La question pour nous est de savoir ce que l’assemblée veut. “Une Eglise” ou une “communion d’Eglises”», a expliqué le pasteur vaudois Laurent Zumstein. Et c’est clairement pour la deuxième option que l’ensemble des Eglises romandes s’est engagé, ce en quoi ils ont été suivis par une nette majorité des délégués. Dans la nouvelle constitution, les Eglises membres gardent ainsi leur autonomie et leur autorité. Malgré cela, il a été décidé que l’association prendrait le nom d’Eglise évangélique réformée de Suisse (EERS).

L’EERS se veut ouverte, au service de tous et refuse la discrimination. Elle reconnaît son héritage, réformé en particulier, et encourage l’expression de la foi d’une manière adaptée à son époque. Les délégués ont toutefois renoncé à faire référence explicitement au Symbole des apôtres, une très ancienne confession de foi en usage dans une large proportion des Eglises chrétiennes. De même, les délégués ont renoncé à inscrire dans la constitution que l’EERS est «partie prenante de l’Eglise une, sainte, catholique et apostolique», préférant au troisième qualificatif son synonyme «universel» par crainte que ce terme théologique soit compris comme signifiant «catholique romain».

Durant cette assemblée d’automne, les délégués ont également tiré un bilan intermédiaire positif des festivités liées au Jubilé de la Réforme, se réjouissant en particulier de l’intérêt du grand public pour cette thématique. Ils ont aussi adopté un budget 2018 équilibré avec un excédent de charges prévu de 6000 francs sur un total de 7,8 millions de francs. Un montant de 350’000 francs a été alloué à l’unanimité pour financer les aumôneries auprès des requérants d’asile mis en place dans les centres fédéraux par les Eglises cantonales concernées.

« Retour
© 2017 Protestinfo