×

Message

Failed loading XML...
Failed loading XML... xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1
  • 22 septembre 2010 - 10:13
  • Tania Buri 6361 signes
Spiritualité

Rosette Poletti : Entre l'écoute et le silence

aa_-rosa
Rosette Poletti : " Ne déraciner personne de ses croyances " © MLB
Rosette Poletti est une des figures féminines marquantes du protestantisme romand. Elle rassure les Romands chaque semaine en distillant ses conseils dans le seul journal dominical. De passage à Paris, une journaliste française a tracé son portrait. 
Infirmière et psycho-thérapeute, 
Rosette Poletti analyse le lien entre psychologie et spiritualité.

Par Marie Lefebvre-Billiez, Réforme

Vendredi soir, à la terrasse d’un café, à la sortie d’un cinéma à Paris. Un groupe discute de la décision des moines de Tibhirine de rester en Algérie, au péril de leur vie. Le film Des Dieux et des hommes ne les a pas laissés indifférents. Parmi eux, Rosette Poletti, infirmière et psychothérapeute de renom en Suisse. Elle est de passage à Paris pour le conseil d’administration de la Fédération européenne des associations « Vivre son deuil » et en a profité pour voir un film qui lui rappelle son bref passage en Algérie dans les années 1960.

Tout de même, elle reste perplexe. « Pour l’avancement du règne de Dieu, on est plus utile vivant que mort… » Elle pense à un établissement de religieuses catholiques en Inde, où elle a animé des formations, qui s’était déplacé dans un autre endroit sous les menaces d’extrémistes hindouistes, pour poursuivre leur œuvre.

Rosette Poletti aurait bien aimé devenir pasteur. Mais, en 1963, « les femmes ne pouvaient pas l’être. »

Mais qu’est-ce qui a donc poussé la jeune Helvète, aujourd’hui retraitée, à voyager de l’Algérie à l’Inde ? La petite Rosette a grandi en Suisse, dans un milieu protestant plutôt évangélique. Elle se souvient de la séparation nette, du temps de son enfance, entre l’Église nationale subventionnée et l’Église libre plus confessante.

Devenue adulte, elle opte pour une foi plus libérale, qu’elle estime « plus large et plus ouverte ». Après une formation d’infirmière, elle fait trois années d’études de théologie à Genève. Elle aurait bien aimé devenir pasteur. Mais, en 1963, « les femmes ne pouvaient pas l’être ».

Elle fait l’équivalent de son stage de diacre à la Mission populaire évangélique à Marseille, puis dans l’Aveyron. « Il y avait une sorte d’ouverture car nous n’étions pas là pour les protestants. On disait qu’on faisait culte, mais ce n’en était pas un. C’était plus une interpellation pour les dockers, pour que l’Évangile ait du sens pour eux. » Rosette Poletti intervient dans un « immense bidonville » près de Marseille, peuplé de rapatriés d’Algérie.

Elle se souvient d’un islam paisible, d’une cohabitation tranquille. « On ne cherchait pas à évangéliser qui que ce soit. Cela me plaisait beaucoup. Le témoignage est un vécu au milieu des autres, que l’on tente d’aimer. Nous ne voulions déraciner personne de ses croyances. »

Typhoïde dans un bidonville marseillais

Malheureusement, la jeune Rosette attrape la typhoïde dans le bidonville marseillais et doit rentrer en Suisse. Pas pour longtemps. La voilà partie pour les États-Unis afin de se former en soins infirmiers psychiatriques. Pour financer ses études, elle travaille dans des quartiers défavorisés : une banlieue hispanique de San Francisco, mais aussi Harlem à New York.

« J’étais bien avec tous ces gens très différents de ce que je connaissais », raconte-t-elle. De retour en Suisse, elle continue à enseigner dans des écoles d’infirmières. Elle obtient également le statut officiel de « psychothérapeute », une activité qui l’occupe désormais à temps plein, depuis qu’elle a pris sa retraite il y a douze ans.

Aujourd’hui, Rosette Poletti dirige un centre de formation permanente privé orienté vers le « psychospirituel ». Elle intervient aussi dans un centre jésuite à Fribourg, où elle a fait construire un « labyrinthe de méditation chrétienne ». Pour elle, le développement personnel se réalise pleinement en trois étapes, allant de la psychologie au spirituel : il faut tout d’abord apprendre qui l’on est, puis oser être qui nous sommes, pour ensuite en connaître le pourquoi.

« Je fais quoi avec ce que je suis ? », revient comme un leitmotiv. Or, la réponse dépend beaucoup de nos convictions profondes. « Suis-je la créature de quelqu’un qui m’appelle ? Suis-je là par hasard pour jouir de la vie ? Suis-je un humaniste qui souhaite rendre son environnement heureux ? » Autant de questions que Rosette Poletti encourage chacun à se poser.

Méditation chrétienne

Hors de question en effet pour elle de brûler les étapes. On doit bien d’abord commencer par une psychothérapie classique. « Si on ne fait pas ce travail, on projette sur Dieu les figures d’autorité que l’on a eues, celle de “papa”. On ne va pas cesser de penser que Dieu est ce que les gens sont autour de nous. Or, Dieu est au-delà de tout cela ! »

Rosette Poletti estime que, aujourd’hui, la demande en termes de psychospirituel est énorme, y compris chez les jeunes. Autant la religion les fait fuir, autant ils sont en recherche de spiritualité. Alors, ils vont voir ailleurs, dans le bouddhisme par exemple.

Rosette Poletti plaide pour une redécouverte du silence dans le protestantisme.
Rosette Poletti milite pour que l’on redécouvre chez soi tout ce que l’on trouve exotique dans d’autres traditions. C’est pourquoi elle s’est formée à la méditation chrétienne, notamment celle d’Anthony de Mello, un jésuite indien, qui pratiquait à merveille l’inculturation.
Elle plaide pour une redécouverte du silence dans le protestantisme. « Dans l’Église protestante, on parle. Or, c’est dans le silence de la contemplation que je me suis sentie le plus proche du divin. Pas tellement lors d’un culte. »

Rosette Poletti intervient aussi comme accompagnante de personnes en deuil ou elles-mêmes en fin de vie. « Nous sommes dans un monde tellement concentré sur le matériel et l’efficacité que l’on peut passer des décennies sans se poser les questions profondes. L’approche de la mort ou le deuil met en face sa propre finitude. Il faut accompagner ces personnes pour entendre leurs questions. » Qui tournent autour du thème suivant : « Ai-je vécu quelque chose de valable dans mon temps qui était limité ? »

À cette angoisse profonde Rosette Poletti apporte une réponse apaisante : « Ce n’est pas la longueur qui compte, mais l’intensité. Si vous n’avez pas parlé à votre fille pendant 30 ans, faites-le pendant deux heures maintenant. » Pour elle, le rôle de l’accompagnant se résume à cette attitude d’Évangile : « Que la personne voie en nous qu’elle vaut le coup. »

A VOIR ET A LIRE

  • Mme Poletti donnera une conférence jeudi soir 23 septembre au Centre de santé de la Corbière, à Estavayer-le-Lac (FR) à 20h00. Davantage d'informations sous: www.lacorbiere.ch
  • Le sens des autres, Rosette Poletti
. Entretiens avec Geneviève Bridel
. Éd. la Bibliothèque
 des arts, 2010, 152 pages
  • www.rosettepoletti.ch
« Retour
© 2018 Protestinfo