×

Message

Failed loading XML... xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name error parsing attribute name attributes construct error Couldn't find end of Start Tag n line 1 xmlParseEntityRef: no name xmlParseEntityRef: no name StartTag: invalid element name Opening and ending tag mismatch: link line 1 and head AttValue: " or ' expected attributes construct error Couldn't find end of Start Tag body line 1 Entity 'nbsp' not defined Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: h4 line 1 and h2 Opening and ending tag mismatch: meta line 1 and body Opening and ending tag mismatch: head line 1 and html Premature end of data in tag html line 1
  • 17 novembre 2009 - 15:12
  • Tania Buri 5021 signes
Politique

Leonardo Boff, le théologien de la libération primé à Neuchâtel

informal.1
Leonardo Boff (www.leonardoboff.com)
Leonardo Boff, le théologien de la libération et philosophe brésilien a reçu un doctorat honoris causa de la faculté de théologie de Neuchâtel le 7 novembre dernier. A 70 ans inlassablement, il continue de défendre la cause des pauvres et l'écologie.

Par Corinne Baumann

Malgré les graves menaces qui pèsent sur l’espèce humaine, Leonardo Boff est convaincu que l’espérance vaincra la peur: «La crise que nous traversons peut devenir génératrice d’une nouvelle civilisation pleine de promesses», lance-t-il, comme une bouteille à la mer. Pour en sortir, il faut repenser notre rapport à la Terre, préconise-t-il.

Dans son "écothéologie" de la libération, Gaïa, la Terre, est  considérée comme un superorganisme vivant, et non plus comme une mine à exploiter jusqu’à épuisement. L’homme en fait intimement partie, en tant que gardien plutôt qu’en maître.

Cette "biocivilisation" sera fondée sur quatre axes principaux: un usage responsable et solidaire des ressources de la nature, un contrôle démocratique des marchés spéculatifs, la coresponsabilité internationale et enfin la spiritualité au sens large. Selon lui,  les humains sont comme les étoiles: "nous sommes nés de poussière, mais aussi nés pour briller et pas uniquement pour souffrir".

La révolution moléculaire

La crise est globale et l’individu se sent souvent impuissant face à son ampleur. Pourtant, chacun est concerné: «commençons par la révolution moléculaire et par se changer soi-même». Le christianisme peut aider à y parvenir: «Sa fonction principale est de produire des rêves, des utopies. Au centre de son message, il y a l’espérance".


Du rêve? Du vent? Pas uniquement. Leonardo Boff a les pieds sur terre. Dans les années soixante, sous l’impulsion de la théologie de la libération, des communautés ecclésiales de base ont vu le jour dans les bidonvilles, chez les Indiens, les paysans sans terre, dans un Brésil catholique à 80%. Ces petits groupes sont aujourd’hui près de 100 000 en Amérique latine, et leur engagement ne faiblit pas. A leur tête, une majorité de femmes.

Un aigle et une poule

Prendre une retraite bien méritée? Impossible. «J’ai toujours eu un pied à l’université, un dans la pauvreté, c’est mon lien entre foi et réalité. Il y a mille raisons de continuer, il y a encore urgence à transformer une société aussi injuste, à protester contre les conséquences de l’esclavage et de la colonisation. Les besoins sont immenses.» Et quand on lui demande comment il se comprend, il répond en riant: «Je suis un aigle, pour les rêves et les visions, et une poule, pour l’engagement concret. Je me considère comme un agitateur culturel, qui cherche à combiner les dimensions théologique, éthique, spirituelle, politique, écologique pour susciter l’espérance chez les autres.»

Les foudres du Vatican


Cet engagement en faveur des pauvres et ses prises de position critiques à l’égard de Rome lui ont valu les foudres du Vatican. Ce qui ne l’empêche pas de maintenir son verdict: «L’Eglise de Rome est un concentré de pouvoir hiérarchique, inspiré des empereurs romains, qui s’exerce de manière presque totalitaire. Elle exige la soumission, ce qui produit continuellement des conflits et des inégalités. Tant que cette structure fonctionne ainsi, elle restera une Eglise de division, de tensions. Durant la période où la Congrégation de la doctrine de la foi était dirigée par Mgr Ratzinger, 123 théologiens ont été condamnés. Je pense que son exigence d’obéissance à la doctrine le rend ennemi de l’intelligence théologique! Cette Eglise-là perd la dimension centrale du christianisme, qui n’est pas le pouvoir mais l’amour. Elle est en contradiction avec le rêve de Jésus d’instaurer une communauté fraternelle. A l‘intérieur de cette Eglise, il faut dénoncer la marginalisation, le rabaissement de la femme, le mépris des laïcs. Tant que des personnes se soumettront, cette Eglise survivra. Elle est devenue un bastion du conservatisme, mais elle est de plus en plus en crise.»

BIO

1938 : naissance à Concordia, Brésil.
1959 : rejoint l’ordre des franciscains.
1970: doctorat en théologie et en philosophie à Münich. Pendant 22 ans, professeur de systématique et de théologie œcuménique à l’Institut théologique franciscain de Petropolis. Professeur invité dans différentes universités du Brésil, à Lisbonne, Salamanque, Harvard, Bâle, Heidelberg. A participé aux premières réflexions sur ce qui a abouti à la théologie de la libération. Ardent défenseur des droits de l’homme. Rédacteur en chef de différentes revues et publications.
1984 : procès au Vatican, mené par la Sainte Congrégation de la doctrine de la foi, dirigée par Mgr Ratzinger, futur Benoît XVI, à cause des thèses exposées dans son livre «Eglise: charisme et pouvoir».
1985 : condamné au «silence», destitué de ses fonctions éditoriales et suspendu de ses devoirs religieux.
1986 : décision annulée à cause de la pression internationale. Peut reprendre une partie de ses activités précédentes.
1992 : sous la menace d’une deuxième action punitive des autorités de l’Eglise de Rome, quitte la prêtrise, «changeant d’habits pour continuer le même combat». Depuis lors et jusqu’à ce jour, demeure théologien de la libération, écrivain, conférencier, et continue, comme par le passé, à militer dans des mouvements de libération, notamment auprès des paysans sans terre, des enfants des rues et des communautés ecclésiales de base.
1993 : nommé professeur d’éthique, de philosophie des religions et d’écologie à l’université d’Etat de Rio de Janeiro.
2001 : reçoit le Prix Nobel alternatif à Stockholm.
Auteur de plus de 60 livres de théologie, spiritualité, philosophie, anthropologie et mysticisme.

Source: les éléments biographique sont tirés du site de Leonardo Boff, www.leonardoboff.com
« Retour
© 2018 Protestinfo