×

Message

Failed loading XML... attributes construct error Couldn't find end of Start Tag rss line 1 Extra content at the end of the document
  • 12 novembre 2015 - 08:15
  • laurence villoz 3532 signes
Société

La modernisation de la structure familiale interroge l’Eglise protestante

FamilleFaut-il établir le mariage entre personnes de même sexe et le partenariat pour les hétérosexuels? Conviendrait-il d’étendre l’adoption de l’enfant du partenaire aux couples homosexuels et aux couples non mariés? Rassemblées mardi 10 novembre à Berne, les Conférences Femmes et de Diaconie de la Fédération des Eglise protestantes de Suisse, ont débattu sur la modernisation du droit de la famille.

Photo: CC (by-nc-nd) Max Sat

Par Laurence Villoz

«Nous sommes à un tournant de l’histoire du couple», lâche le pasteur Otto Schäfer, chargé des questions théologiques et éthiques de la Fédération des Eglises protestantes de Suisse (FEPS), lors de la journée des Conférences Femmes et de Diaconie, mardi 10 novembre dernier. Les délégués ont débattu de la position de l’Eglise face à la modernisation de la structure familiale, en lien avec le rapport sur le droit de la famille du Conseil fédéral, publié en mars 2015. 

Pour introduire le débat, l’éthicien a mis en valeur la prudence que requiert une approche théologique de cette problématique. «Assimiler la place de la sexualité dans la Bible à notre compréhension contemporaine de la sexualité est un anachronisme», a-t-il souligné pointant du doigt plusieurs paradoxes: «La «famille sainte» est une famille sans sexualité, de plus la théologie chrétienne du mariage vient d’un célibataire (l’apôtre Paul) convaincu».

Néanmoins, selon Otto Schäfer, la Bible propose également des «pistes prometteuses». La thématique de l’alliance – du «Créateur avec sa création», de «Dieu libérateur avec son peuple» – a une place fondamentale dans la Bible. «La richesse de ce thème pour la considération du couple tient au choix libre d’un partenaire et, en même temps à l’engagement librement consenti qui en découle», a expliqué le théologien qui a ajouté que «tous les projets de couple qui participent de la même dynamique, qu’ils visent le mariage ou non, méritent respect, protection et encouragement».

L’adoption pour tous?

«Un couple de personnes de même sexe et un couple hétérosexuel sont la même chose au niveau de l’alliance. La sexualité est source de vie, de vitalité et de rayonnement, qu’elle soit homosexuelle ou hétérosexuelle», a relevé Otto Schäfer qui pense qu’étant donné que «le mariage correspond à un statut social avec des droits et des devoirs, il devrait donc être ouvert aux couples de même sexe». Quant à l’adoption, «rien ne permet de penser qu’un enfant évoluera moins bien chez un couple homosexuel que chez un couple hétérosexuel». 

A la suite de ces considérations théologique, une table ronde réunissant la Conseillère nationale du Parti évangélique suisse (PEV) Maja Ingold, la pasteure Maja Zimmermann, l’éthicien Denis Müller, la théologienne Manuela Grossmann et Martin Della Valle, coprésident de l’organisation Arc-en-ciel, a permis de confronter différents avis. 

«L’ancien modèle marital a évolué et il faut vraiment en tenir compte sinon nous nous retrouvons trop éloignés de la réalité et en décalage avec la majorité», a souligné Maja Ingold. «Le fait de différencier la bénédiction du rite est déjà un jugement», a précisé Manuela Grossmann. «Il y a 25 ans, je me suis battu pour le partenariat pour les personnes homosexuelles. Aujourd’hui, il faut se battre pour le mariage hétérosexuel», a expliqué Denis Müller qui précise qu’étant donné qu’un enfant est le résultat d’un homme et d’une femme, il s’agit d’un désir hétérosexuel. Une position qui a fait réagir Martin Della Valle: «Le désir d’enfant est humain et complètement indépendant de l’orientation sexuelle».

Fondée en 1999, la Conférence Femmes se compose de 45 membres issus de divers domaines, comme les Femmes protestantes en Suisse et la communauté d’intérêts des théologiennes féministes. Elle traite de thèmes ecclésiaux et de politique sociale du point de vue des femmes. Parallèlement, la Conférence de Diaconie est une plate-forme de réflexion qui coordonne la responsabilité diaconale dans les Eglises et les oeuvres protestantes. 

 

 

« Retour
© 2016 Protestinfo | création site :